•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des députés de l'opposition craignent l'abolition de la CCN

La Fête du Canada sera organisée par Patrimoine canadien, plutôt que par la Commission de la capitale nationale (archives).

La Fête du Canada sera organisée par Patrimoine canadien, plutôt que par la Commission de la capitale nationale (archives).

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des élus libéraux d'Ottawa et néo-démocrates de l'Outaouais demandent au gouvernement conservateur de clarifier sa position sur l'avenir de la Commission de la capitale nationale (CCN), dont une partie des tâches est transférée au ministère du Patrimoine.

Lors du dépôt du budget fédéral jeudi, le gouvernement Harper a annoncé que l'agence ne s'occuperait plus de l'organisation d'événements culturels, comme le Bal de neige et la Fête du Canada.

Le député libéral d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, redoute qu'une abolition complète de la CCN ne soit pas exclue, voire que le gouvernement conservateur privatise la Bal de Neige d'ici un an ou deux.

« Si on le fait à la CCN, on va le faire aussi au CNA? Quand on crée des agences, c'est pour avoir une certaine neutralité, une objectivité. »

— Une citation de  Mauril Bélanger, député libéral d'Ottawa-Vanier

« On rapatrie tout ça à l'intérieur même du gouvernement. C'est le bureau du ministre qui va décider de la façon dont on va célébrer la Fête du Canada », avance M. Bélanger.

De son côté, la députée de Hull-Aylmer, Nycole Turmel, partage ces craintes « étant donné l'expérience des dernières années. Patrimoine canadien [est intervenu], a imposé ses critères. On n'a qu'a penser à la Guerre de 1812 qui a coûté des millions de dollars », souligne-t-elle.

Réactions du milieu touristique

La Corporation du chemin de fer de l'Outaouais, qui cherche à relancer le train à vapeur de la Gatineau, espère que ce changement de responsabilités n'aura pas d'effets.

Louise Boudrias, présidente de la CCFO.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Louise Boudrias, présidente de la Corporation du chemin de fer de l'Outaouais (CCFO).

« Si Patrimoine canadien fait le même genre de travail que la CCN dans l'organisation d'événements, je pense qu'il n'y aura pas de problèmes », avance Louise Boudrias, présidente de la Corporation du chemin de fer de l'Outaouais (CCFO).

Elle ajoute toutefois qu'elle suivra la situation de près.



Quant au ministre responsable de la région d'Ottawa, John Baird, il a tenu à calmer le jeu. Il soutient que la décision de son gouvernement est purement administrative.

« C'est seulement un changement d'organisation pour que toutes les personnes qui travaillent dans ce domaine, avec les grands anniversaires qu'on va avoir dans les prochaines années, vont avoir une équipe, pas deux, pour travailler sur ces festivals », explique-t-il.

M. Baird assure que le personnel touché à la CCN sera entièrement intégré à Patrimoine Canadien.

La décision obtient des appuis

Le professeur Gilles Paquet, de l'École supérieure d'affaires publiques et internationales de l'Université d'Ottawa, approuve la décision du gouvernement conservateur.

Il estime que la CCN s'éloigne de son mandat en s'occupant des événements, alors qu'elle devrait mieux gérer les dossiers essentiels, comme la question du transport entre les deux rives.

« C'est un rappel à l'ordre que fait le gouvernement pour le moment, en disant : "On va vous enlever la dentelle. Et si vous ne faites rien d'autre que de la dentelle [...] on sera plutôt à se demander si on a besoin de vous". »

— Une citation de  Gilles Paquet, professeur à l'École supérieure d'affaires publiques et internationales de l'Université d'Ottawa
Le député libéral d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger (archives).Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député libéral d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger (archives).

De son côté, le député Bélanger estime que la CCN doit avoir son rôle à jouer dans les événements spéciaux, tout comme dans l'aménagement du territoire.

Il admet toutefois que l'agence pourrait faire mieux en matière d'intégration des systèmes de transports en commun entre Gatineau et Ottawa.

Mauril Bélanger somme par ailleurs le gouvernement de nommer officiellement un premier dirigeant à la CCN, dont le poste est occupé par intérim depuis juillet, afin de dissiper tout doute sur l'avenir de l'agence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !