•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des religieuses plaident pour le français dans l'affichage à Campbellton

Affichage bilingue

Le bilinguisme dans l'affichage (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Filles Marie-de-l'Assomption demandent à la Ville de Campbellton, au Nouveau-Brunswick, un règlement pour assurer la présence du français dans l'affichage commercial.

Lorsqu'il a fondé les Filles de Marie-de-l'Assomption en 1922, le père Arthur Melanson voulait contribuer à la sauvegarde du français à Campbellton. Il était donc naturel pour les religieuses d'appuyer le mouvement pour le bilinguisme dans l'affichage.

Ça fait partie de notre mission, de notre existence, si on veut.

Une citation de :Sr Julie D'Amour, secrétaire générale des Filles de Marie-de-l'Assomption

Après avoir convaincu la voisine, Atholville, de réglementer l'affichage il y a deux ans, la section locale de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick a connu plus de résistance à Campbellton.

« On travaille en arrière, en catimini, dans le but de monter ce que j'appelle un front commun d'organismes et d'individus qui partagent notre point de vue », explique Patrick Clarke, président de la section Petite-Rochelle de la SANB.

Un autre groupe, les Femmes acadiennes et francophones de Campbellton, appuie également la démarche. « Quand tu vas dans un magasin et que ce n'est pas affiché en français, tout de suite je vois ça comme un manque de respect pour les francophones », affirme Madeleine Cyr, présidente de l'organisme.

La majorité des commerçants à Campbellton s'affichent dans les deux langues officielles, mais quelques-uns persistent à n'afficher qu'en anglais. Pourtant, les trois quarts des citoyens ont le français comme langue maternelle.

Même si la Ville se fait récalcitrante, Patrick Clarke demeure optimiste. « On peut dire non un jour et oui le lendemain », dit-il.

Une réunion est d'ailleurs prévue par la SANB, des représentants de la Ville et des gens d'affaires, la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie