•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mali : AQMI annonce l'exécution d'un otage français

Philippe Verdon (à gauche) et son compatriote Serge Serge Lazarevic dans une photo diffusée par AQMI

Philippe Verdon (à gauche) et son compatriote Serge Serge Lazarevic dans une photo diffusée par AQMI

Photo : AFP / HO

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un homme se présentant comme un porte-parole d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a annoncé à l'Agence Nouakchott information (ANI) que l'otage français Philippe Verdon avait été exécuté.

Selon cette agence mauritanienne, le porte-parole, qui se fait appeler Al-Qairawani, a indiqué que l'exécution de l'otage avait eu lieu le 10 mars en réponse à l'intervention française dans le nord du Mali.

L'otage français avait été enlevé en même temps que son compatriote Serge Lazarevic en novembre 2011, dans un hôtel à Hombri, dans le nord du Mali.

Selon leurs proches, les ressortissants français étaient en voyage d'affaires.

Le 10 août 2012, Philippe Verdon parlait de ses « conditions de vie difficiles » dans une vidéo diffusée par le site mauritanien Sahara Medias.

Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot, a déclaré : « Nous vérifions, nous n'en savons pas plus pour le moment ».
Al-Qairawani a qualifié Philippe Verdon d'« agent secret de la France » et il a souligné que « le président français demeure le seul responsable de la vie des autres otages ».

L'agence mauritanienne, qui a obtenu des informations de première main des groupes islamistes dans la région, a indiqué qu'Al-Qairawani a refusé de se prononcer sur la mort des chefs Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar.

Quinze Français, y compris Philippe Verdon dont la mort reste à confirmer, sont otages en Afrique. Philippe Verdon fait partie des six Français dont les rapts ont été revendiqués par AQMI.

La crise malienne
Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !