ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aller au menu principalAller au contenu principalAller au pied de page
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Philippe Couillard promet du changement à la barre du PLQ

Le reportage de Davide Gentile

Le nouveau chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, a rencontré les journalistes au lendemain de sa victoire dans la course à la direction du PLQ, qui était sans chef depuis la démission de Jean Charest, l'automne dernier.

Après avoir remercié son équipe et salué ses adversaires, Philippe Couillard a confirmé qu'il maintenait le député Jean-Marc Fournier comme chef parlementaire du PLQ à l'Assemblée nationale. Le rôle du chef parlementaire est de remplacer le chef du parti en chambre lorsque celui-ci n'est pas encore élu.

À ce chapitre, Philippe Couillard a précisé que son élection à l'Assemblée nationale n'était pas une priorité pour l'instant.

De nouvelles orientations

Le nouveau chef entend se consacrer d'abord à la consolidation de son parti, dont il entend revoir les priorités à la suite de colloques régionaux et d'un grand congrès d'orientation. Il compte annoncer ses premières nominations au cours de la semaine de Pâques.

Interrogé par les journalistes quant aux rôles qu'il avait l'intention de confier à Pierre Moreau et à Raymond Bachand, ses deux adversaires dans la course à la direction, Philippe Couillard n'a pas voulu s'avancer, tout en assurant qu'il y aurait une place pour eux dans son équipe.

S'il n'est pas présent à l'Assemblée nationale, le nouveau chef du PLQ entend l'être au caucus de son parti. Dès mardi, Philippe Couillard veut rencontrer les membres du caucus libéral en compagnie de son leader parlementaire, Jean-Marc Fournier, qui assurait l'intérim à la tête du PLQ depuis le départ de Jean Charest.

Quant à sa victoire à la tête du PLQ, Philippe Couillard a déclaré avoir reçu les félicitations d'usage de la première ministre péquiste, Pauline Marois, et du chef de la Coalition avenir Québec, François Legault. Le chef intérimaire du Parti libéral du Canada, Bob Rae, ainsi que le député Justin Trudeau, pressenti comme prochain chef du PLC, ont tous deux contacté le nouveau chef du PLQ pour lui offrir leurs félicitations.

Une victoire éclatante

L'ex-ministre de la Santé est devenu le nouveau chef libéral dimanche dès le premier tour de scrutin au congrès du PLQ en obtenant 58,5 % des voix, loin devant ses adversaires, Pierre Moreau et Raymond Bachand, qui ont récolté respectivement 22 % et 19,5 % des 2377 votes exprimés.

Philippe Couillard est le nouveau chef du Parti libéral du Québec

Dans son discours aux militants libéraux, Philippe Couillard a parlé de la tâche qui l'attend et de ses promesses de renouveler les idées libérales.

« Nous mettons en marche le renouveau de notre parti, nous serons un parti de débats [...] nous serons un parti décentralisé [...] et nous serons bien sûr un parti irréprochable au plan éthique. À partir de maintenant, nous nous donnons une mission : rassembler les Québécois », a lancé le nouveau chef.

Il s'est ensuite attaqué au gouvernement de Pauline Marois. « Nous nous mettons au travail et notre objectif est clair : nous allons constituer dans les meilleurs délais une alternative à ce gouvernement qui est en train d'affaiblir et de diviser le Québec. Il ne faut pas se fier au calendrier, ce gouvernement n'a pas sept mois, ce gouvernement a plus de 40 ans. Ce gouvernement appartient au passé, sa politique est la division, le blocage », a-t-il lancé.

Philippe Couillard revient donc au PLQ par la grande porte, lui qui avait été ministre de la Santé de 2003 à 2008 avant de quitter ses fonctions en plus ou moins bons termes avec le parti et son chef de l'époque, Jean Charest.

Le PQ attend Philippe Couillard de pied ferme

La première ministre Marois a dit souhaiter que le nouveau chef libéral fasse « le plus rapidement possible » son entrée à l'Assemblée nationale.

Elle n'a pas manqué de rappeler la controverse autour de la relation d'amitié entretenue par M. Couillard avec l'ancien directeur du Centre universitaire de santé McGill Arthur Porter, mis en cause dans un scandale de corruption. « C'est à mon point de vue une pierre au soulier de M. Couillard », a-t-elle jugé.

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, a dit vouloir entendre le chef du PLQ, un médecin tout comme lui, sur « la privatisation du système de santé ». M. Hébert a rappelé que  « M. Couillard a quitté le gouvernement du Québec et le ministère de la Santé pour s'en aller dans le privé après avoir ouvert notre système de santé au réseau privé ».

Sébastien Bovet : Sur les collines, le blogue politique de Radio-Canada

Politique provinciale

Politique