•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le traitement Zamboni est inefficace – nouvelle étude

Le docteur Paolo Zamboni

Le docteur Paolo Zamboni

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une étude clinique portant sur le traitement du professeur Zamboni contre la sclérose en plaques a révélé que cette intervention médicale ne soulageait pas les symptômes de la maladie, et que, dans certains cas, empirait même l'état des patients.

L'étude de l'Université de Buffalo, menée auprès de 30 patients atteints de sclérose en plaques, a conclu que bien que le traitement était sécuritaire et ne provoquait pas de réactions négatives importantes, il n'offrait pas non plus d'amélioration à long terme.

Le traitement implique le déblocage de veines du cou et du torse pour améliorer le flot sanguin.

Le chirurgien vasculaire italien Paulo Zamboni a suggéré en 2009 que la sclérose en plaques pouvait être due à une maladie appelée insuffisance veineuse céphalorachidienne.

Depuis, des milliers de Canadiens souffrant de sclérose en plaques ont décidé d'aller subir cette intervention, non médicalement prouvée, dans des cliniques à l'extérieur du pays.

Le neurochirurgien Adnan Siddiqui, principal responsable de l'étude américaine, affirme que des patients ne devraient que s'engager dans des études cliniques sur cette procédure, plutôt que de chercher à la subir dans des cliniques qui offrent ce service.

Ce que nous avons trouvé était passablement surprenant et inattendu. En fait, ce fut l'inverse de ce que nous nous attendions à trouver.

Une citation de :Dr Siddiqui

L'étude a démontré que le traitement des veines bloquées n'avait pas d'effet chez les gens souffrant de sclérose en plaques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !