•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La guerre en Irak a été une erreur de la part des Américains » estime Jean Chrétien

Allocution de Jean Chrétien

Radio-Canada

L'ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien a fait une allocution dans le cadre du colloque « Non à la guerre en Irak : 10 ans plus tard » à l'Espace Shawinigan vendredi matin.

Jean Chrétien estime que le refus du Canada de participer à la guerre en Irak a permis de démontrer son indépendance face aux États-Unis.

Le 17 mars 2003, alors qu'il était premier ministre du Canada, Jean Chrétien a annoncé aux Communes que, faute d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies, le Canada ne participerait pas à la coalition contre l'Irak.

Il y avait (en Irak) un gouvernement qui était celui de Saddam Hussein que nous n'aimions pas. Mais bien des pays ont des dictateurs sans qu'on les mette dehors à tous coups. 

Jean Chrétien, ex-premier ministre du Canada

Le refus du Canada s'est fait malgré une forte pression diplomatique et politique de la part des États-Unis. L'épouse de Jean Chrétien a aussi fait l'objet de pression de la part d'hommes d'affaires canadiens en lien avec des partenaires américains.

L'ancien premier ministre se félicite aujourd'hui de ne pas avoir engagé son pays dans la guerre en Irak. Il estime que le gouvernement des États-Unis, alors dirigé par George W. Bush, a fait erreur en déclarant cette guerre.

J'avais fait des déclarations à l'époque en disant que l'aviation américaine avait repris ses vols au-dessus de l'Irak et que Saddam (Hussein) disait qu'il n'y avait pas d'armes de destruction massive. On voit aujourd'hui que c'était vrai.

Jean Chrétien, ex-premier ministre du Canada

Le colloque « Non à la guerre en Irak : 10 ans plus tard » est organisé par le Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec en collaboration avec la Cité de l'Énergie de Shawinigan.

Mauricie et Centre du Québec

Politique