•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Gatinoise au parcours hors du commun obtient le titre de Miss Canada

Ines Gavran est la gagnante du concours Miss Canada en 2013.

Radio-Canada

La gagnante du concours de personnalité Miss Canada 2013, qui s'est tenu au début du mois, est une Gatinoise de 24 ans.

Ines Gavran, une étudiante de deuxième année en droit à l'Université d'Ottawa, a décidé de ne pas représenter le pays au concours Miss Univers, afin notamment de se consacrer à la lutte contre l'intimidation.

D'aller à Miss Univers serait comme me contredire. Ça serait d'aller à la télé me représenter moi-même et pas la cause. Je ne veux pas être une personne qui va juste être belle à la télévision.

Ines Gavran, Miss Canada 2013

Elle souhaite plutôt aller visiter des écoles secondaires partout au pays pour sensibiliser les élèves à l'intimidation et partager son expérience de vie hors du commun. Issue d'une famille monoparentale, Ines Gavran a vécu en Croatie jusqu'à l'âge de 12 ans, où elle s'est trouvée en plein coeur d'un conflit armé de 1991 à 1995.

« Ma mère est une femme tellement forte. Pendant la guerre, on était toutes seules dans notre maison. Les bombes tombaient [...] C'est certain qu'elle avait peur. Mais elle ne nous le montrait pas », raconte-t-elle.

Mme Gavran explique que son arrivée à Gatineau avec son frère et sa mère a été difficile, avec l'apprentissage du français et les efforts pour se créer un nouveau cercle d'amis.

Quelques années après son arrivée au pays, elle a obtenu un diplôme en technique policière de la Cité collégiale, remporté des médailles en arts martiaux et entrepris un baccalauréat en droit. Elle travaille aussi dans un restaurant d'Ottawa.

Ma mère est malade, elle ne peut pas travailler. C'est une obligation, maintenant adulte, d'aider ma famille. Je paie mes études en travaillant ici. En même temps, j'aide ma famille.

Ines Gavran, Miss Canada 2013

Son rêve est de devenir procureur de la Couronne. « J'ai connu la guerre. J'ai développé un immense besoin pour la justice, pour l'humanité », précise-t-elle.

Ines Gavran espère que l'exercice du droit lui permettra de faire une différence.

Ottawa-Gatineau

Société