•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le monde réagit à l'élection du nouveau pape

Une fidèle après l'annonce de l'élection du nouveau pape

Une fidèle après l'annonce de l'élection du nouveau pape

Photo : AFP / GABRIEL BOUYS

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'annonce de l'élection de Jorge Mario Bergoglio, devenu le pape François, a été accueillie par un tonnerre d'applaudissements et une longue ovation de centaines de fidèles qui assistaient à une messe à la cathédrale de Buenos Aires en Argentine.

Après l'annonce, des dizaines de personnes ont commencé à se rassembler devant la cathédrale, dans le centre de la capitale argentine.

La présidente argentine Cristina Kirchner a salué l'élection de son compatriote comme nouveau pape. « Nous lui souhaitons, comme conducteur et guide de l'Église, une tâche pastorale fructueuse dans l'exercice de si grandes responsabilités à la recherche de la justice, de l'égalité, de la fraternité et de la paix de l'humanité », a écrit la présidente dans un court message.

Il est connu en Argentine que Mme Kirchner entretient des relations tendues avec l'archevêque de Buenos Aires.

L'Église de Jérusalem dit attendre le pape avec « impatience »

Le Patriarche latin de Jérusalem, Fouad Twal, a souligné que l'Église en Terre sainte attendait le nouveau pape François « avec chaleur et impatience ».

« En tant qu'Église-Mère de Jérusalem, nous nous réjouissons profondément de l'élection du nouveau Pasteur de l'Église catholique, choisi par les cardinaux en conclave, mais avant tout par l'Esprit Saint » a indiqué un communiqué du patriarcat latin (catholique romain) de Jérusalem.

« Nous espérons que vous continuerez à oeuvrer en faveur de la paix et de la justice au Proche-Orient et plus particulièrement en Terre sainte », le lieu de naissance du christianisme, souligne le communiqué.

De son côté, le président palestinien Mahmoud Abbas a convié le chef de l'Église catholique à visiter Bethléem, en Cisjordanie, le lieu de naissance de Jésus selon la tradition. Il a également invité le pape François à « travailler pour la paix, en particulier au Moyen-Orient ».

Ailleurs dans le monde

La première institution à réagir a été l'Union européenne, qui a souhaité que le nouveau pape défende la paix, la solidarité et la dignité humaine.

« Nous sommes convaincus que Votre Sainteté continuera avec force et détermination le travail de votre prédécesseur en rapprochant les peuples et les religions du monde », ont écrit dans un communiqué les présidents du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Le président français François Hollande a adressé pour sa part ses salutations et ses voeux au nouveau pape François.

« La France, fidèle à son histoire et aux principes universels de liberté, d'égalité et de fraternité qui fondent son action dans le monde, poursuivra le dialogue confiant qu'elle a toujours entretenu avec le Saint-Siège, au service de la paix, de la justice, de la solidarité et de la dignité de l'homme », a indiqué M. Hollande dans son communiqué.

De son côté, l'Église du Brésil a salué le premier pape latino-américain. Les évêques brésiliens considèrent que l'élection d'un pape argentin « revitalise » l'Église catholique. « Nous pouvons espérer beaucoup du fait que c'est un Latino-Américain », a déclaré le secrétaire de la Conférence épiscopale, Leonardo Ulrich Steiner, dans une conférence de presse.

Adressant ses « félicitations les plus sincères » au nouveau souverain pontife et « à tous les catholiques de par le monde », le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a souhaité que François continue à promouvoir le dialogue entre les religions comme son prédécesseur Benoît XVI.

« Nous avons de nombreux objectifs en commun, parmi lesquels la promotion de la paix, de la justice sociale et des droits de l'homme, et l'éradication de la pauvreté et de la faim », a-t-il déclaré.

Le président américain Barack Obama a adressé ses « voeux chaleureux » au « premier pape des Amériques ».

« En tant que premier pape issu des Amériques, son élection exprime également la force et la vitalité d'une région de plus en plus importante dans l'évolution du monde et, aux côtés de millions d'Américains hispaniques, nous, aux États-Unis, partageons la joie de ce jour historique », dit le président dans un communiqué.

« Champion de la cause des pauvres et des plus vulnérables d'entre nous, il continuera à porter le message d'amour et de compassion qui a été source d'inspiration pour le monde depuis plus de 2000 ans », a ajouté M. Obama.

À La Motte, à Québec et à Ottawa

Le gouvernement du Québec a salué l'élection dans un communiqué l'élection du nouveau pape.

« L'Église catholique est intimement liée à l'histoire du Québec et demeure présente dans la vie de beaucoup de Québécois. Nous souhaitons que ce nouveau pontificat soit porteur d'un message de dialogue et de réflexion sur les enjeux actuels de notre société », a déclaré la première ministre du Québec, Pauline Marois.

En Abitibi, les citoyens de La Motte, village qui a vu grandir Marc Ouellet, sont déçus, mais soulagés. « Il y aura d'autres conclaves; peut-être que le prochain pape sera Marc Ier », se dit Réjean Rose, un citoyen de La Motte.

Dans la ville de Québec, le maire Labeaume reconnaît éprouver une petite déception, mais note néanmoins qu'il est fier du cheminement du cardinal Ouellet. Selon l'ancien archevêque de Québec Monseigneur Maurice Couture, le principal intéressé doit pousser un soupir de soulagement.

Le premier ministre Stephen Harper a salué l'élection du nouveau pape par voie de communiqué.

« Le Canada et le Saint-Siège sont engagés à promouvoir la dignité de la personne humaine et la liberté de conscience et de religion. J'espère sincèrement que la foi, la dévotion et la conviction du pape François favoriseront la paix, la compréhension et la tolérance entre les peuples et les religions dans le monde », a écrit le premier ministre.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !