•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Difficile de trouver de l'aide en santé mentale, selon une famille de Calgary

Chargement de l’image

Las Jackson cherchent un traitement pour soigner leur fils, atteint de problèmes mentaux, depuis plus d'un an.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après avoir cherché de l'aide pendant plus d'un an, des parents de Calgary affirment qu'ils ont été laissés à eux-mêmes pour aider leur fils souffrant de troubles mentaux.

Kiefer Jackson a reçu un diagnostic de psychose et est dépendant à la marijuana. Ce jeune a effectué plusieurs allers-retours à l'hôpital. « J'ai commencé à entendre des voix qui me disaient qu'elles me tueraient », a expliqué le jeune de 19 ans.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kiefer Jacskon est accro à la marijuana et souffre de psychose.

Photo : CBC

Sa mère, Kim Jackson, soutient qu'elle a dû se battre constamment pour trouver de l'aide pour son fils. « Il ne peut pas aller à l'école, il ne peut pas travailler », a-t-elle affirmé. « Sa vie est en suspens, il ne va pas mieux. »

Un docteur aurait dit au jeune homme de chercher de l'aide en ligne et un autre professionnel de la santé aurait refusé de le soigner en raison de sa dépendance à la drogue. La famille Jackson a ajouté qu'elle n'avait pas reçu de programme de traitement non plus.

« Ça me rend malade de dire ça, mais honnêtement, j'aurais mieux aimé qu'il ait le cancer. J'aurais préféré qu'il ait quelque chose d'autre, quelque chose [une maladie] pour laquelle on aurait eu de l'aide et de la compassion. »

— Une citation de  Kim Jackson, mère de Kiefer Jackson

Un problème vécu par d'autres familles albertaines, selon un organisme

George Ghitan, directeur général de Hull Services, un organisme spécialisé dans l'aide aux personnes atteintes de maladies mentales, affirme qu'il n'y a pas suffisamment de coordination entre les différents services offerts dans la province.

Il croit que la famille Jackson est loin d'être la seule à avoir vécu ces problèmes. « Je pense qu'il y a beaucoup de familles qui recherchent de l'aide et qui n'en trouvent pas », a-t-il souligné.

Il a aussi ajouté que le système était complexe et qu'il était difficile pour les familles de s'y retrouver.

Mme Jackson a affirmé qu'elle continuerait sa lutte jusqu'à ce qu'elle trouve une aide adéquate pour son fils. Elle souhaite lui redonner l'espoir qu'il a perdu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !