•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déficience intellectuelle : rareté des ressources pour adultes sur la Côte-Nord

Les familles d'enfants handicapés intellectuellement de l'Estrie ont bien peu de ressources pour leur venir en aide.

Les familles d'enfants handicapés intellectuellement de l'Estrie ont bien peu de ressources pour leur venir en aide.

Radio-Canada

À Sept-Îles, le centre d'activité Le Pivot est un des rares centres à offrir des services aux adultes déficients intellectuels. Pour 10 $ par semaine, une vingtaine de membres peuvent participer à des activités comme des jeux ou des sorties.

La coordonnatrice du centre, Bernadette Desbois, explique que jusqu'à 21 ans, les personnes atteintes d'une déficience intellectuelle vont à l'école. Ensuite, relève-t-elle, il n'y a plus rien pour eux. « Ce qui fait qu'elles viennent ici », ajoute-t-elle.

Le Module d'épanouissement à la vie de Sept-Îles, un organisme qui se porte à la défense des droits des personnes atteintes de déficience intellectuelle, fait le même constat. Ce manque de ressources a aussi des répercussions sur la vie familiale, note de plus la coordonnatrice du Module, Kaluha Henley. Pendant que ces jeunes sont à l'école, explique Mme Henley, les parents peuvent travailler normalement, mais l'école terminée, ils n'ont plus rien.

L'organisme aimerait aussi que des ressources existent pour éviter que les connaissances scolaires se perdent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Société