•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Port du hijab au soccer : Djemila Benhabib s'attriste de la décision

Djemila Benhabib s'attriste de la décision de la décision de la Fédération de soccer du Québec.

Djemila Benhabib s'attriste de la décision de la décision de la Fédération de soccer du Québec.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'auteure Djemila Benhabib, engagée pour la cause des femmes contre l'intégrisme islamiste, dénonce la décision de la Fédération de soccer du Québec, qui accepte maintenant le port du hijab sur les terrains de soccer sous certaines conditions.

Elle se dit attristée de cette décision qui, selon elle, viole les principes d'universalité du sport.

Le sport est quelque chose qu'on a pensé universel, en ce sens que ce sont les mêmes règles qui doivent s'appliquer pour tous. Dans le sport, il ne devrait pas y avoir de connotation politique ou de connotation religieuse. 

Une citation de :Djemila Benhabib, auteure et ex-candidate péquiste dans Trois-Rivières

Pour Mme Benhabib, cette décision fait régresser la cause des droits des femmes. « C'est encore une fois un compromis que l'on fait sur le dos des femmes, sur le dos de leur liberté et de leur corps. Vous savez, c'est magnifique de pouvoir se mouvoir librement [...] et ce n'est pas vrai qu'on le fait librement quand on a un voile sur la tête », soutient-elle.

De son côté, le Conseil du statut de la femme a laissé savoir par courriel qu'il ne prenait pas de position sur cette question. Il rappelle toutefois qu'il prône la laïcité dans la fonction publique, mais qu'il juge que le port du voile par les élèves dans les écoles doit être accepté pour des questions d'intégration.

La Fédération de soccer du Québec emboîte le pas à la FIFA

Radio-Canada a appris jeudi que la Fédération de soccer du Québec allait désormais accepter le voile sur ses terrains. Dans un mémo envoyé à tous ses arbitres cette semaine, l'organisme explique qu'il s'est conformé aux directives adoptées en octobre par la Fédération internationale de football (FIFA).

Cette dernière tient à assurer la sécurité des joueuses. De plus, aucun symbole religieux ne doit être visible.

Les directives sur le port du foulard sont en période de tests jusqu'en mars 2014. La Fédération de soccer du Québec se fiera ensuite aux recommandations finales de la FIFA pour les adopter officiellement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !