•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CSeries : Bombardier lève le voile sur son prototype

Radio-Canada

Le premier avion de la gamme CSeries a été dévoilé jeudi à l'usine d'assemblage de Mirabel. Bombardier, qui compte toujours pouvoir atteindre ses objectifs de vente d'ici 2014, croit que le vol inaugural, confirmé pour juin, donnera un nouvel élan aux ententes d'achats fermes.

Le vol inaugural était initialement prévu en décembre dernier, mais il a été reporté en raison de « difficultés principalement reliées à certains fournisseurs », avait annoncé Bombardier en novembre dernier.

En ce moment, toutes les structures de l'avion sont en place, les câbles et les différents dispositifs ont été installés, mais des tests doivent être réalisés pour s'assurer que tous les systèmes fonctionnent bien ensemble. « Nous nous concentrons maintenant sur trois secteurs clés qui mèneront à l'obtention de notre licence de sécurité aérienne: essais statiques de cellule, construction des véhicules d'essais en vol et essais au sol », a expliqué Mike Arcamone, le président de Bombardier Avions commerciaux.

La gamme d'avions CSeries, en phase de développement, doit permettre des économies de carburant. L'avion doit aussi faire moins de bruit et offrir des « performances exceptionnelles sur piste ». Il se veut plus moderne et plus rentable que ses concurrents Boeing et Airbus.

Bombardier parle d'une gamme d'avions révolutionnaire « conçue pour le marché en plein essor des avions de 100 à 149 places », mais pouvant aller jusqu'à 160 sièges dans sa nouvelle version à haute capacité.

La décision d'offrir une option à 160 passagers répond à une demande des clients, explique Bombardier. L'avion était originalement conçu pour transporter de 130 à 145 passagers, mais plusieurs analystes avaient critiqué le manque de place de la CSeries.

Écoutez le compte-rendu du journaliste Daniel Bordeleau à l'émission Classe économique de la Première Chaîne de Radio-Canada.

Bombardier a expliqué jeudi que certains acheteurs avaient fait part de leur désir d'avoir accès à une plus grande capacité pour pouvoir réduire leurs coûts d'exploitation et la compagnie a décidé de leur donner cette option.

Selon Philippe Cauchi, consultant en industrie aérospatiale, il s'agit d'un bon coup pour attirer plus d'acheteurs asiatiques. « Ça peut finalement généré des ventes auprès de ces low cost, très intéressés par des capacités accrues et donc un coût d'opération plus bas », dit-il.

Encore loin de l'objectif

Bombardier avait enregistré des commandes et des engagements pour 382 avions de ligne CSeries, dont des commandes fermes de 148 appareils, au 31 décembre 2012.

Mercredi, Bloomberg soulignait qu'en ce moment, Bombardier était en fait encore à 67 % de son objectif de 14 clients confirmés et de 300 ententes fermes d'ici la moitié de 2014. Mais Mike Arcamone ne se montre pas inquiété par le constat de la publication. Le président de Bombardier se dit très satisfait du nombre de clients confirmés jusqu'ici et il se dit aussi content de « leur diversité et de l'endroit où ils sont situés géographiquement ». M. Arcamone souligne qu'outre les ententes fermes, Bombardier a reçu des lettres d'intentions d'achat du CSeries.

Quinze mois avant l'entrée en service de notre avion, nous sommes très confortables pour dire que nous allons atteindre notre objectif de 300 ententes fermes et d'avoir 20 clients.

Mike Arcamone

M. Arcamone évalue notamment que le vol inaugural de juin donnera un nouvel élan aux ventes de l'avion dont le lancement en prévu en 2014.

Les analystes s'entendent généralement pour dire que Bombardier Aéronautique est train de jouer son avenir sur cet avion. La multinationale a tout misé sur l'appareil, investissant pour ce projet 3,5 milliards de dollars.

À la Bourse de Toronto, l'action de Bombardier (TSX:BBD.B (Nouvelle fenêtre)) était stable, jeudi.

Le développement de la gamme CSeries en quelques dates :

2004 - Début des études de faisabilité d'un nouvel avion de ligne. L'équipe initiale a employé jusqu'à 400 personnes.

2006 - En janvier, la direction de Bombardier décide de suspendre le programme. L'équipe du CSeries est réduite à une cinquantaine de personnes qui poursuivent les études en cours. L'insuffisance des commandes est la principale raison donnée pour ce coup d'arrêt.

2007 - En novembre Bombardier et Pratt & Withney concluent un partenariat commercial et technologique. Le CSeries utilisera exclusivement un nouveau moteur de type « Turbosoufflante à réducteur » mis au point par Pratt & Withney.

2008 - Année décisive pour la CSéries:

Le 22 février, le conseil d'administration de Bombardier ouvre officiellement le carnet de commandes du CSeries. Deux versions sont annoncées. Le CS100 transportera 110 passagers alors que le CS300 pourra en transporter jusqu'à 145. En avril, le moteur du CSeries, fabriqué par Pratt & Withney commence ses vols d'essai. En juillet ce moteur prendra le nom de PW1000. Le 13 juillet, la compagnie allemande Deutsche Luftansa signe une lettre d'intention portant sur 30 avions plus 30 options.

2009 - Accélération des travaux :

Le 11 mars, Detsche Luftansa signe une entente ferme pour 30 CS100. Ces avions seront exploités par sa filiale Swiss International Air Lines. L'entente confirme 30 options additionnelles. Le 30 mars, Lease Corporation International Aviation Ltd. signe une entente d'achat ferme pour 3 CS100 et 17 CS300. L'acheteur prend également une option pour 20 appareils additionnels.

2010 - Bombardier repart bredouille du salon aéronautique de Farnborough (Nouvelle fenêtre), au Royaume-Uni.

31 août 2012 : Bombardier fait part de son intention de créer un avion CSeries à 160 places.

7 novembre 2012 : Bombardier reporte le vol inaugural du premier CSeries.

7 mars 2013 : Dévoilement du premier avion de la gamme CSeries.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie