•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un spectre de fréquence pour la téléphonie aux enchères 

Des femmes consultent leur téléphone sans fil sur la rue, à Montréal.

Des femmes consultent leur téléphone sans fil sur la rue, à Montréal.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre fédéral de l'Industrie, Christian Paradis, a annoncé jeudi que la mise aux enchères attendue d'un spectre de fréquences pour la téléphonie sans fil s'effectuera à l'automne. Ottawa espère ainsi à terme engendrer plus de concurrence et faire diminuer la facture des consommateurs.

Depuis la fin de la télévision analogique et le passage au numérique, certaines fréquences ne sont plus utilisées. Le gouvernement Harper veut donc vendre ces fréquences aux compagnies de téléphonie sans fil.

Les enchères pour le spectre de fréquences de 700 mégahertz commenceront le 19 novembre. La compétition pourrait être intéressante, puisque les fréquences de ce spectre, d'excellente qualité et de longue portée, sont particulièrement convoitées. 

Avec l'augmentation du nombre d'appareils sans fil, ces fréquences sont plus que nécessaires selon Richard Paradis, conseiller en télécommunications et président de la firme CIC. « Si, par exemple, aujourd'hui, à 65 % de gens qui ont un téléphone intelligent, on voulait tous regarder une vidéo en même temps, le système n'est pas capable de nous donner le service », expose-t-il. « Il faut avoir une augmentation du spectre ».

Le ministre Christian Paradis dit qu'il ignore combien rapportera la mise aux enchères. Le prix de départ est fixé à 897 millions de dollars. Des observateurs croient toutefois qu'Ottawa pourrait engranger quelque 6 milliards de dollars. En 2008, lors d'une mise aux enchères d'un spectre de fréquences considérées comme étant de moindre qualité, le gouvernement fédéral avait perçu environ 4 milliards de dollars.

Ces enchères visent à assurer la présence d'au moins quatre fournisseurs de services dans chaque région du pays, ce qui devrait contribuer à réduire les prix en augmentant la concurrence, selon le ministère de l'Industrie. L'objectif est de multiplier le nombre de compagnies sur le marché pour ensuite voir se multiplier les choix pour les consommateurs. Ottawa estime que la dernière enchère en 2008 a fait chuter la facture des consommateurs d'environ 10 %.

Ottawa compte aussi adopter des règles sur le partage des pylônes et des infrastructures de transmission pour limiter le nombre de structures de transmission.

L'an passé, le ministre Paradis avait levé les restrictions sur la propriété étrangère pour les plus petits joueurs du secteur des télécommunications sans fil en prévision de cette nouvelle enchère de spectre de fréquences.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !