•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hypothèque : la baisse des taux à la BMO fait craindre le surendettement

Une succursale de la BMO en Colombie-Britannique

Une succursale de la BMO à Vancouver, en Colombie-Britannique (archives)

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada

Une des plus grandes banques du Canada vient d'abaisser ses taux d'intérêt hypothécaires, ravissant ainsi les consommateurs, mais en amenant d'autres, dont le ministre des Finances, à craindre un scénario à la 2008.

BMO Banque de Montréal a annoncé qu'elle portait désormais ses taux d'intérêt sur cinq ans à 2,99 %. L'an dernier, le même décision  avait déclenché une guerre des taux d'intérêt entre les banques, et le scénario pourrait se répéter cette année.

« Je crois que c'est très bien, en fait. Ça pourrait propulser l'économie un peu, peut-être amener les gens à acheter », estime Richard Herda, un consommateur de Winnipeg.

Toutefois, le ministre des Finances Jim Flaherty, ne partage pas cet enthousiasme. À l'annonce de la mesure adoptée par la BMO, il a lancé qu'il s'attendait « à ce que les banques prêtent prudemment, pas à une course vers le bas comme celle qui a mené à une crise hypothécaire aux États-Unis ».

Gerry Campbell, conseiller financier chez Assiniboine Credit Union, entrevoit lui aussi le risque lié à des taux d'intérêt faibles. « Cela encourage certaines personnes à s'endetter plus qu'elles ne le devraient », estime-t-il. Selon lui, si les taux remontaient à 5 %, cela pourrait gonfler les paiements d'hypothèque de certains de 250 $ à 300 $ par mois, les plaçant en difficulté financière.

L'an dernier, quand les banques ont suivi l'abaissement des taux d'intérêt lancé par la BMO, elles avaient remonté leur taux en l'espace de quelques semaines.

Manitoba

Économie