•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme de l'assurance-emploi : une coalition se mobilise

Les représentants de la coalition en conférence de presse à Montréal.

Radio-Canada

Plusieurs syndicats et organisations ont lancé lundi matin une coalition pour tenter de barrer la route à la controversée réforme de l'assurance-emploi, mise de l'avant par le gouvernement de Stephen Harper.

La Coalition québécoise contre la réforme de l'assurance-emploi est constituée de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) et du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), ainsi que du Mouvement autonomie et solidaire des sans-emploi (MASSE) et du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC).

Les syndicats et organismes membres de la coalition dénoncent l'attitude du gouvernement Harper qui, selon eux, ne s'attaque qu'aux moins nantis dans ses réformes.

Les manifestants contre la réforme de l'assurance-emploi dénoncent la décision d'Ottawa d'obliger désormais les chômeurs à accepter des emplois dont les salaires sont jusqu'à 30 % moins élevés, et cela dans un rayon allant jusqu'à 100 kilomètres de leur résidence. Une mesure particulièrement dénoncée dans les régions éloignées où il n'y a pas de transport en commun et en raison des coûts très élevés de l'essence. 

Les quotas imposés aux inspecteurs de l'assurance-emploi ainsi que les visites-surprises qu'ils doivent faire chez les chômeurs irritent également beaucoup les opposants à la réforme qui dénoncent ces mesures abusives à leur avis.

« Il y a un document de 23 pages de directives aux fonctionnaires pour aller faire de l'intrusion dans la vie privée des chômeuses et des chômeurs. On ne laissera pas passer ça! », a déclaré pour sa part le vice-président de la CSN, Jean Lacharité, en conférence de presse à Montréal.

Ce qu'on veut, c'est une véritable consultation publique sur les changements apportés au régime d'assurance-emploi et on veut également des études d'impact.

Daniel Boyer, secrétaire général de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ)

Mobilisation le 4 mai

Afin de se faire entendre du fédéral, la coalition entend sillonner le Québec avec des caravanes d'information et divers rassemblements populaires contre la réforme. Le regroupement entend marquer le coup le 4 mai prochain, trois jours après la fête des Travailleurs, lors d'une grande manifestation à Montréal, dont le thème principal sera la réforme de l'assurance-emploi.

La coalition s'affiche à Montréal

Entre-temps, une équipe a installé une grande affiche à la sortie du pont Jacques-Cartier lundi matin, à Montréal, sur laquelle on pouvait lire : « Chez nous, c'est NON au saccage de l'assurance-emploi! ».La circulation n'a pas été perturbée à la sortie du pont.

Assurance-emploiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mobilisation contre la réforme de l'assurance-emploi

À Québec, des manifestants sont aussi descendus dans les rues pour faire écho aux oppositions libérale et caquiste qui accusent la première ministre de réserver le même sort aux prestataires de l'aide sociale avec les nouvelles règles imposées par la ministre du Travail Agnès Maltais.

Depuis l'entrée en vigueur des nouvelles mesures fédérales, en janvier, plusieurs manifestations ont déjà eu lieu, principalement dans l'est du Québec et dans les provinces de l'Atlantique. Les travailleurs saisonniers, nombreux dans ces régions où l'économie repose largement sur la pêche et le tourisme, s'estiment particulièrement touchés par la réforme.

Ceux-ci pourraient se voir obligés d'accepter un travail moins bien payé et plus loin puisqu'ils ont recours à l'assurance-emploi de manière fréquente.

Le 23 février dernier, des manifestations rassemblant des milliers de personnes ont par ailleurs eu lieu au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie