•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins remettent en question l'agrandissement de L'Hôtel-Dieu

Le CHU de Québec sera composé de 5 hôpitaux de la région, dont l'Hôtel-Dieu.

Le CHU de Québec sera composé de 5 hôpitaux de la région, dont l'Hôtel-Dieu.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet d'agrandissement de L'Hôtel-Dieu, dans le Vieux-Québec, est loin de faire l'unanimité chez les médecins de la région. Une centaine d'entre eux réclament une réorientation du projet pour construire un nouvel hôpital universitaire à la place.

Dans une lettre adressée au ministre de la Santé, Réjean Hébert, les médecins affirment que le projet de près d'un milliard de dollars visant L'Hôtel-Dieu et incluant un nouveau service de radiothérapie, présente trop de contraintes budgétaires, techniques et patrimoniales pour qu'il soit viable.

Le chef du Service d'hémato-immuno-oncologie, le Dr Robert Delage, explique que les médecins ont attendu à ce moment-ci avant d'exprimer leur désaccord en raison du contexte qui a évolué depuis huit mois. Le Dr Delage explique que la fusion du CHA et du CHUQ en juillet dernier permet maintenant de réaliser un projet conjoint pour regrouper les services spécialisés sous un même toit à Québec.

« Étant tous regroupés ensemble, ça nous donne l'opportunité de revoir notre offre de service et enfin de pouvoir concentrer la médecine de spécialité plutôt que de les éparpiller sur cinq sites », explique le Dr Delage.

Selon les médecins signataires, le projet a pris trop d'ampleur et le regroupement des services devrait se faire dans un édifice neuf, plus accessible pour les patients. La construction d'un nouvel hôpital permettrait également de diminuer les coûts de fonctionnement et d'acquisition d'équipements.

Services améliorés

Le Dr Robert Delage croit aussi que les soins aux patients seraient grandement améliorés. Il cite en exemple un patient traité à L'Enfant-Jésus pour des problèmes neurologiques, qui devra subir dans un autre hôpital ses traitements de radiothérapie parce que le service n'est pas offert sous un même toit.

« Il y a même des équipements qui doivent être communs aux deux places et ils ne peuvent pas les avoir puisqu'on se retrouve sur deux sites séparés. » Les médecins maintiennent que les délais d'attente seraient aussi diminués si on regroupait les services.

Le Dr Robert Delage soutient que le site de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus serait un endroit tout désigné pour la construction du nouvel établissement. « L'hôpital est assez rénové, il est situé aux confins des autoroutes, l'accessibilité est très rapide, et surtout il y a à peu près 1 kilomètre carré de terrain vague autour où il y a une possibilité de construire. On ne peut pas se confiner dans un endroit où il n'y a aucune possibilité d'expansion », explique-t-il.

La ministre responsable de la région de Québec, Agnès Maltais, est bien être au courant de la demande des médecins. Elle admet toutefois qu'une réorientation du projet à ce stade-ci représente des implications importantes, et elle dit que le dossier sera réévalué. « Jusqu'ici tout le monde a plaidé à l'effet que ça coûtait plus cher déménager tout que construire à neuf. Maintenant, il semble y avoir des éléments nouveaux. »

La ministre mentionne notamment que le site de L'Hôtel-Dieu est riche pour les fouilles archéologiques et que la préoccupation patrimoniale complique le dossier.

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, n'a pas encore réagi à la proposition des médecins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !