•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marée noire : le procès de BP commence

Des manifestants protestent au premier jour du procès de BP à La Nouvelle-Orléans.

Des manifestants protestent au premier jour du procès de BP à La Nouvelle-Orléans.

Photo : AFP / Sean Gardner

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est devant une salle d'audience bondée que s'est ouvert le procès au civil de BP et de ses partenaires, lundi, à La Nouvelle-Orléans.

D'entrée de jeu, des témoins ont mis en cause la sécurité défaillante sur la plateforme pétrolière où une explosion avait fait 11 morts et entraîné la plus grande marée noire de l'histoire américaine.

L'explosion, survenue en avril 2010 dans le golfe du Mexique, avait donné lieu au déversement de quatre millions de barils de pétrole dans la mer, affectant les côtes de cinq États américains. La plateforme exploitée par BP avait sombré  (Nouvelle fenêtre)deux jours après l'explosion.

Jim Roy, l'un des avocats représentants des milliers de victimes, tant des particuliers que des entreprises, a soutenu devant le juge fédéral Carl Barbier que Transocéan, partenaire de BP dans cette histoire, avait un « piètre palmarès en matière de sécurité ». Selon cet avocat, Transocéan a connu sept accidents importants de ce genre en 17 mois. Le dernier accident et le plus important est celui survenu sur la plateforme Deepwater Horizon.

Transocéan est propriétaire de la plateforme Deepwater Horizon. Et, s'il n'en tient qu'au géant pétrolier BP, ce groupe suisse de forage pétrolier en haute mer devra éponger une partie de l'amende record de 4,5 milliards de dollars que BP a consenti à verser au département de la Justice américaine, pour ce qui est du volet pénal de l'affaire.

Le procès qui s'est ouvert lundi à La Nouvelle-Orléans est prévu pour se dérouler en trois parties et s'échelonnera sur des mois. Il pourrait aboutir sur un accord au civil qui atteindrait au moins 16 milliards de dollars, selon des observateurs.

Jusqu'ici les opérations de nettoyage, ainsi que divers règlements et amendes, ont coûté 37 milliards de dollars à BP.

La note pourrait s'alourdir pour BP si les plaignants parviennent à convaincre le juge que le géant pétrolier s'est rendu coupable de négligence aggravée.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !