•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manouane Sipi : la ministre Larouche de passage à Wemotaci

La ministre déléguée Élizabeth Larouche et le chef de Wemotaci David Boivin

La ministre déléguée Élizabeth Larouche et le chef de Wemotaci David Boivin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.
Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le reportage d'Amélie Desmarais

La ministre déléguée aux Affaires autochtones Élizabeth Larouche a visité vendredi pour la première fois la communauté attikamek de Wemotaci, en Haute-Mauricie.

La ministre s'est entre autres entretenue avec le Conseil de bande de Wemotaci concernant l'annulation du projet de minicentrale Manouane Sipi. Selon les études réalisées jusqu'à présent, le projet devait générer 106 millions de dollars sur quarante ans pour la communauté de Wemotaci.

Il y a beaucoup de coupures de subventions gouvernementales et ce que ça nous prend, ce sont des revenus autonomes pour subvenir à nos besoins.

David Boivin, chef du Conseil des Attikameks de Wemotaci

La ministre déléguée aux Affaires autochtones a toutefois fermé la porte à l'idée que Québec revienne sur sa décision dans le cas de Manouane Sipi. Elle a plutôt dit avoir voulu rencontrer les gens de Wemotaci pour voir ce qui pourra être fait pour l'avenir.

Au-delà du projet de minicentrale, la communauté de Wemotaci est surtout préoccupée par son école primaire, qui est condamnée en raison d'un problème de moisissures.

Le Conseil des Attikameks est aussi en pourparlers avec Québec concernant des redevances sur les ressources naturelles situées sur leur territoire. Les négociations ont commencé sous l'ancien gouvernement en août 2012. La ministre Larouche s'est engagée à poursuivre les négociations de façon à arriver à une entente finale le 21 juillet prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !