•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Visites impromptues aux chômeurs : Harper assume, le syndicat inquiet

Le premier ministre Stephen Harper

Le premier ministre Stephen Harper

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le syndicat des fonctionnaires qui font des visites impromptues aux chômeurs est inquiet pour la sécurité de ses membres.

Il demande au premier ministre Harper de cesser cette nouvelle pratique. « On est en train d'envoyer des employés dans des situations qui sont très dangereuses », a signalé le porte-parole de l'Alliance de la fonction publique du Canada, Larry Rousseau.

Une cinquantaine de représentants de Service Canada effectuent des visites impromptues auprès de centaines de prestataires, sélectionnés de façon aléatoire au pays.

Elles surviennent dans un climat déjà tendu, au moment où la colère à l'égard de la réforme du programme d'assurance-emploi demeure vive.

« On a eu des échos de [fonctionnaires] qui sont allés aux domiciles [...] et qui ont été bien mal reçus », a soutenu M. Rousseau.

Un peu plus tôt jeudi, le premier ministre Stephen Harper avait défendu les visites-surprises de fonctionnaires fédéraux en évoquant l'ampleur des fraudes au pays. « Chaque année, malheureusement, dans notre système d'assurance-emploi, des centaines de millions de dollars sont identifiés ou perdus avec des requêtes fausses, frauduleuses ou inappropriées », a-t-il noté à Saskatoon.

Selon lui, c'est le travail de Ressources humaines et Développement des compétences Canada de s'assurer que les fonds soient disponibles pour ceux qui en ont besoin.

Les détracteurs de la réforme prétendent que cela touche de plein fouet les travailleurs saisonniers du Québec et des provinces atlantiques. De nombreuses manifestations sont prévues encore samedi pour dénoncer la refonte du programme.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !