•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mur linguistique entre une victime et ses secouristes

Danny Sonier

Radio-Canada

Un homme de Moncton affirme s'être retrouvé dans la fâcheuse situation de ne pouvoir communiquer avec des ambulanciers unilingues anglophones venus le secourir chez lui. Danny Sonier a fait une attaque d'hypoglycémie mardi matin.

Les deux ambulanciers qui ont été dépêchés sur les lieux ne parlaient pas français, selon le patient et sa soeur Murielle Sonier, témoin de l'épisode.

« Là, ils ont commencé à me bombarder de questions en anglais. Puis moi, je ne dis, je ne comprends, rien de ce qu'ils me disent. Ça fait que ma soeur, est en arrière, pis elle leur disait il ne comprend pas l'anglais. Français, s'il vous plaît. Ah, we don't speak french. Sorry. Point à la ligne. » dit-il.

Les pompiers sont aussi intervenus, un peu avant les ambulanciers. Deux des trois pompiers étaient unilingues Anglais et ce sont eux qui sont allés parler au patient.

Murielle Sonier a porté plainte auprès du Commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick. Elle veut aussi s'adresser à la Commission des droits de la personne.

Le chef du Service d'incendie de Moncton explique qu'un de ces officiers a communiqué en français avec Murielle Sonier.

S'il y avait eu une nécessité pour une communication en français avec monsieur Sonier, il était là pour le faire.

Éric Arseneault, chef du Service d'incendie de Moncton

Ambulance Nouveau-Brunswick affirme qu'un ambulancier bilingue ne c'était pas présenter au travail cette journée-là. C'est donc un ambulancier unilingue anglophone qui a pris sa place.

Ambulance Nouveau-Brunswick poursuit son enquête sur l'incident afin d'améliorer le service bilingue aux résidents de la province.

Acadie

Justice et faits divers