•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de deux projets de petites centrales hydroélectriques dans la région de Québec

Radio-Canada

Le gouvernement Marois met fin au programme de petites centrales hydroélectriques de 50 mégawatts et moins.

Cette décision entraîne l'annulation de six projets, dont deux dans la région de Québec : celui de la chute Sainte-Anne à Saint-Joachim et celui de la Centrale Saint-Gabriel à Shannon.

La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, affirme que la société d'État Hydro-Québec épargnera ainsi 24 millions de dollars annuellement. Cette décision survient au moment où le Québec enregistre des surplus énergétiques.

La fin de ce programme aura non seulement des conséquences pour les promoteurs de ces minicentrales, mais également sur les municipalités qui désiraient obtenir des redevances de ces projets.

Pour la chute Sainte-Anne, la MRC de la Côte-de-Beaupré devait toucher 35 % des redevances, ce qui aurait pu représenter 165 000 $ par année pendant 20 ans.

La municipalité de Saint-Joachim aurait pu garnir ses coffres de 400 000 $ par année, soit 15 % de son budget annuel.

À Shannon, le maire Clive Kiley affirme que sa municipalité avait déjà investi 600 000 $ dans le projet de la Centrale Saint-Gabriel. Même si le gouvernement va offrir des compensations jamais, dit-il, elles ne remplaceront des revenus anticipés de 400 000 dollars par année que sa municipalité comptait retirer de l'exploitation du barrage. « On était prêt à investir cette somme dans notre municipalité pour essayer d'améliorer la qualité de vie de nos résidents », affirme maire Clive Kiley.

Le gouvernement s'est engagé à former un comité supervisé par le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire et ministre des Transports, M. Sylvain Gaudreault, pour discuter avec les municipalités touchées afin d'explorer d'autres avenues de développement économique.

Des pourparlers seront aussi entrepris avec les promoteurs afin de déterminer les indemnisations appropriées selon l'avancement des projets.

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) demande à la ministre des Ressources naturelles Martine Ouellet de revenir sur sa décision et d'éviter de laisser tomber les communautés qui ont déjà investi de l'argent dans ces projets.

Québec

Énergies renouvelables