•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phoenix Sinclair : des dossiers incomplets, avoue le PDG des services sociaux

La petite Phoenix Sinclair a été tuée par sa mère, Samantha Kematch, et son compagnon, Karl McKay, en 2006.

La petite Phoenix Sinclair a été tuée par sa mère, Samantha Kematch, et son compagnon, Karl McKay, en 2006.

Photo : Commission d'enquête

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président et chef de la direction de la Régie générale des services à l'enfant et à la famille du Manitoba, Jay Rodgers était à la barre des témoins lundi dans le cadre de la Commission d'enquête sur la mort de Phoenix Sinclair en 2005.

La fillette a été tuée à l'âge de cinq ans après avoir passé la majeure partie de sa vie en foyer d'accueil. Son corps a été retrouvé près du dépotoir de la réserve Fisher River, à 150 km au nord de Winnipeg. Sa mère et son beau-père ont été reconnus coupables de meurtre prémédité en 2008 en lien avec sa mort.

Jay Rodgers a critiqué le travail effectué par le personnel de l'agence des services aux enfants et à la famille au cours des années 2000, soit la période qui a précédé la « dévolution », à savoir le transfert des responsabilités, de la Régie générale aux régies de services à l'enfant et à la famille des Premières Nations.

Il a témoigné qu'il est primordial de vérifier l'historique d'un dossier qui vient d'être transféré, car il affirme que les événements vécus par une famille sont un indice de ce qui l'attend.

« La recherche indique qu'un des indices les plus importants qu'un enfant est à risque d'être blessé est de savoir s'il a déjà été maltraité ou encore si des actes ou de la négligence ont permis qu'il soit blessé », a expliqué M. Rodgers.

Ce dernier a également affirmé qu'il s'attend à ce qu'un travailleur social qui reprend un dossier communique avec le collègue qui avait le dossier en mains avant lui afin de mieux comprendre le travail à effectuer.

Il a toutefois reconnu qu'il est parfois difficile de faire cette démarche, car, comme d'autres l'ont déjà témoigné devant la Commission, plusieurs employés de l'agence travaillent avec une même famille.

Dans le cadre de l'audience de lundi, l'avocate de la Commission, Sherri Walsh, a indiqué à M. Rodgers que les rapports rédigés à la suite de la mort de Phoenix Sinclair ont conclu que les dossiers de la petite contenaient très peu d'information à son sujet et qu'il s'agissait d'une grave erreur et d'une omission importante.

« Je n'ai aucune raison de remettre en question les conclusions de ces rapports. Je dois donc être d'accord avec vos propos, car à ma connaissance ces rapports indiquent que les informations dans les dossiers étaient insuffisantes », a répondu le haut dirigeant des services sociaux.

Il a ajouté que, depuis cette époque, il y a eu de nombreux changements au sein des services sociaux de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !