•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Saskatchewanaise  nommée au Sénat canadien

Le Sénat canadien
Photo: La Presse canadienne / Fred Chartrand

Le premier ministre Stephen Harper a annoncé vendredi la nomination cinq sénateurs, dont Denise Batters qui occupera le siège vacant de la Saskatchewan.

Lynn Beyak, une entrepreneure du Nord-Ouest de l'Ontario, et Victor Oh, un promoteur immobilier de Mississauga, occuperont les deux sièges ontariens.

Doug Black, un avocat de Calgary et président fondateur de l'Institut canadien de politique énergétique, occupera le siège albertain, David Wells siégera pour Terre-Neuve-et-Labrador.

« Toutes les personnes nommées sont des Canadiens exceptionnels qui se sont distingués dans leurs domaines respectifs », a déclaré le premier ministre Harper.

Ces nominations entrent en vigueur immédiatement.

La Saskatchewanaise Denise Batters est avocate à Regina. Elle détient un baccalauréat en sciences politiques de l’Université de Regina et un autre en droit de l’Université de la Saskatchewan.

La Saskatchewanaise Denise Batters est nommée au Sénat canadien.La Saskatchewanaise Denise Batters est nommée au Sénat canadien. Photo : CBC

Mme Batters a été admise au barreau de la Saskatchewan en 1995 et a exercé dans le privé jusqu’en 2007.

Elle a ensuite travaillé comme chef de cabinet du ministre de la Justice de la Saskatchewan. En juin 2012, elle est devenue directrice générale des affaires réglementaires pour la Société des investissements de la Couronne en Saskatchewan.

Denise Batters est aussi connue pour son engagement dans la lutte contre la dépression et contre le suicide.

Elle a organisé des tournois de golf caritatifs qui ont permis de recueillir 50 000 $, en mémoire de son défunt mari, l’ancien député fédéral Dave Batters, qui a lutté contre la dépression toute sa vie. Les fonds recueillis ont servi à produire une annonce télévisée pour sensibiliser les gens à la dépression et au suicide.

Saskatchewan

Politique