•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Pat McQuaid, président de l'UCI

Pat McQuaid, président de l'UCI

Photo : AFP / Fabrice Coffrini

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pat McQuaid est de plus en plus isolé dans son rôle de président de l'Union cycliste internationale (UCI). Il a perdu ses responsabilités au CIO et à l'Agence mondiale antidopage.

Le président de l'UCI, chahuté par l'affaire Armstrong, a dû quitter la commission du CIO chargée d'évaluer les trois villes en course pour l'obtention des Jeux d'été de 2020. C'est ce qu'a indiqué mercredi le CIO. Il doit se concentrer à défendre l'intégrité de la fédération qu'il dirige.

« Trop de choses se passent, et je ne peux pas m'absenter du bureau pour deux semaines », a dit Pat McQuaid.

M. McQuaid a fait savoir qu'il ne pourrait pas participer aux visites d'inspection de Tokyo, Madrid et Istanbul prévues au mois de mars. Il a été remplacé par le secrétaire général de la Fédération internationale de basketball (FIBA), Patrick Baumann.

Le vice-président du CIO, Craig Reedie, qui dirige la commission, a été bref. « L'horaire de M. McQuaid était trop chargé [pour nous accompagner], c'est tout », a-t-il expliqué. 

Il avait aussi été remplacé depuis le début de l'année au conseil exécutif de l'Agence mondiale antidopage (AMA), où il siégeait en tant que représentant de l'Association des fédérations internationales des sports olympiques d'été.

L'UCI a demandé à une commission indépendante d'enquêter sur le rôle joué par Pat McQuaid et par son prédécesseur Hein Verbruggen dans les années Armstrong.

Pat McQuaid entend solliciter un autre mandat à la tête de l'UCI en septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !