•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nebraska autorise un nouveau tracé du pipeline Keystone XL

Des tuyaux du premier projet de pipeline Keystone arrivent à Milton, au Dakota du Nord (archives)

Des tuyaux du premier projet de pipeline Keystone arrivent à Milton, au Dakota du Nord (archives)

Photo : La Presse canadienne / AP/Grand Forks Herald/Eric Hylden

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouverneur du Nebraska a autorisé mardi un nouveau tracé du  pipeline Keystone XL qui évite la région écologiquement fragile de Sandhills.

Dave Heineman a confirmé son feu vert dans une lettre envoyée au président Barack Obama et à la secrétaire d’État, Hillary Clinton.

L’oléoduc controversé de la pétrolière TransCanada suscite l'opposition d’environnementalistes et de propriétaires terriens qui dénoncent entre autres le risque posé à l’aquifère Ogallala, une énorme nappe souterraine.

La source d’eau est située sous des dunes d’herbes érodables.

Défense du projet

TransCanada et certains syndicats affirment que le projet Keystone XL est sécuritaire et permettra de créer des milliers d’emplois.

Le gouverneur Heineman souligne que le pipeline apportera 418 millions de dollars en avantages économiques, dont une hausse importante d’impôts fonciers dans les caisses du Nebraska.

Il souligne néanmoins que si une fuite de pétrole venait à se produire, Keystone serait responsable des conséquences financières et devra prendre en charge tout nettoyage.

Le pipeline est évalué à plus de 7 milliards de dollars et doit transporter du pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers les côtes du Texas.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !