•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phoenix Sinclair : la superviseure qui a autorisé la fermeture du dossier témoigne

Une photo non datée de la petite Phoenix Sinclair présentée lors de l'enquête publique qui se tient à Winnipeg.

Une photo non datée de la petite Phoenix Sinclair présentée lors de l'enquête publique qui se tient à Winnipeg.

Photo : Commission d'enquête publique

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Diva Faria, qui a témoigné jeudi à la commission d'enquête sur la mort de Phoenix Sinclair, a été impliquée dans le dossier de la fillette, trois ans d'affilée, en 2003, 2004 et 2005.

Elle était la superviseure de Christopher Zalevich en 2005, lorsqu'il a rendu visite à Samantha Kematch, la mère de Phoenix Sinclair, le 9 mars 2005. Mme Faria a approuvé la fermeture du dossier Sinclair, bien que M. Zalevich n'ait pu voir la petite lors de son ultime visite.

En 2003, Diva Faria a supervisé l'appel provenant des travailleurs sociaux de l'hôpital où Phoenix avait été transportée parce qu'un objet se trouvait dans son nez depuis des mois.

Temps de réaction

Diva Faria a accordé un temps d'intervention de cinq jours. L'avocate de la commission, Sherri Walsh, s'est enquise de la manière d'établir un temps d'intervention.

« L'évaluation du risque relève du bon jugement du travailleur parce que le formulaire n'est pas relié à des normes et pratiques préétablies ou encore une méthode d'intervention régie par des standards. Il n'y a pas non plus de formation spécifique à l'évaluation du risque », lui a répondu le témoin.

En 2004, la superviseure est intervenue dans le dossier quand Samantha a accouché de son quatrième enfant. On craignait pour la sécurité de Phoenix à cause du stress qu'aurait pu engendrer l'arrivée d'un nouvel enfant dans la famille.

La travailleuse sociale Shelley Willox a toutefois fermé le dossier sans avoir effectué de recherches sur le conjoint de Samantha, Karl Wesley McKay. Diva Faria a accepté la fermeture du dossier.

« Nous étions satisfaits du fait qu'il n'y avait pas d'inquiétudes quant à la sécurité de l'enfant d'après le rapport des travailleurs », s'est-elle défendue.

« C'est pour cela que vous avez fermé le dossier ? » a poursuivi l'avocate. « Je ne me souviens plus de ma conversation avec Christopher Zalevich », fut la réponse du témoin.

En 2005, Diva Faria était la superviseure de Christopher Zalevich, le travailleur social qui a effectué la dernière visite chez Samantha Kematch. M. Zalevich et Mme Faria se sont ensuite entendus pour fermer le dossier Sinclair, malgré le fait que le travailleur social n'avait pu voir la fillette, qui est morte quelques mois plus tard, à l'âge de cinq ans.

À trois reprises en trois ans, le dossier a été fermé malgré le fait qu'il manquait des informations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !