•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé mentale : des médecins pour venir en aide aux policiers à Ottawa

Police d'Ottawa

Police d'Ottawa

Radio-Canada

Un récent projet pilote, jumelant des médecins à des policiers d'Ottawa, vise à améliorer les interventions policières avec les gens ayant des problèmes de santé mentale dans la capitale nationale, a appris la CBC.

La nouvelle équipe, qui est sur la route depuis juillet dernier, est composée du psychiatre Peter Boyles, de deux médecins résidents et de quatre agents de l'unité de santé mentale de la police d'Ottawa.

Les autorités souhaitent ainsi réduire le nombre d'appels au 911 qui se concluent par une visite à l'urgence ou par l'arrestation de personnes ayant des problèmes de santé mentale.

Le projet pilote d'un an, mis sur pied par la police et l'Hôpital d'Ottawa, vise aussi à simplifier le processus d'obtention d'aide pour les patients.

Dans le cadre de ce projet, lorsqu'une équipe répond à un appel, le policier a accès aux informations judiciaires reliées à une adresse ou à une personne, alors que le psychiatre peut obtenir le dossier médical. Les intervenants peuvent donc échanger leurs informations avant d'agir.

Ces informations restent confidentielles et ne se retrouvent pas dans les rapports écrits des interventions.

Selon le Dr Boyles, qui travaille normalement à l'Hôpital d'Ottawa, les urgences de la région sont surchargées de cas de personnes souffrant de santé mentale. Il soutient que de nombreux patients pourraient obtenir de meilleurs services dans leur communauté, à l'extérieur des urgences, avant l'intervention des policiers.

Également, le fait de régler le problème avant une intervention des autorités allégerait la charge des policiers.

Selon l'agent Stephan Quesnel, qui participe au projet pilote, les policiers perdent actuellement beaucoup de temps dans les salles d'urgence. Il explique que lorsque les agents doivent escorter une personne à l'urgence, deux policiers doivent attendre de deux à huit heures avant que le patient puisse voir un médecin.

Au pays, plusieurs services de police disposent d'unités de santé mentale mobile qui jumellent des policiers à des infirmières ou à des travailleurs sociaux. Toutefois, la présence de médecins à bord des véhicules de patrouille serait une première.

La police d'Ottawa répond à plus de 4000 appels reliés à la Loi sur la santé mentale chaque année. Toutefois, les autorités croient qu'il y a 20 fois plus d'appels liés en partie à des questions de santé mentale annuellement.

D'après la CBC.

Ottawa-Gatineau

Société