•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sort d'oeuvres de Wilf Perreault est lié à l'avenir d'une église de Regina

L'église catholique Canadian Martyrs Church à Regina a 28 vitraux de l'artiste saskatchewanais Wilf Perreault.

L'église catholique Canadian Martyrs Church à Regina a 28 vitraux de l'artiste saskatchewanais Wilf Perreault.

Photo : Lachlan Madill/CBC

Radio-Canada

Une église de Regina qui contient des oeuvres de l'artiste Wilf Perreault pourrait être vendue et détruite.

Une énorme murale et 28 vitraux créés par l'artiste saskatchewanais se trouvent dans l'église Canadian Martyrs Church de la 1re Avenue Nord, dans le nord de la capitale. Ils ont été donnés à l'église catholique il y a plus de 30 ans.

Murale de Wilf Perreault dans l'église catholique Canadian Martyrs Church à Regina.

Murale de Wilf Perreault dans l'église catholique Canadian Martyrs Church à Regina.

Photo : Lachlan Madill/CBC

Un groupe de paroissiens inquiets s'est rencontré une première fois cette semaine pour discuter des moyens à leur disposition pour préserver l'église et ces oeuvres.

Depuis quelques années, l'église est de moins en moins fréquentée, un phénomène qui touche aussi d'autres églises de la capitale.

L'archidiocèse de Regina s'inquiète des coûts associés à la maintenance de l'édifice : les services publics, les taxes, les réparations et l'assurance.

La fille de Wilf Perreault, Meagan, fait partie du groupe qui tente de sauver l'église. Elle en conserve de bons souvenirs, qu'elle a fréquentée avec sa famille, il y a plusieurs années.

« C'est un genre de trésor caché, ici », a-t-elle lancé. « Je veux que l'édifice soit sauvé. Je serais consternée s'il en venait à disparaître », a-t-elle poursuivi.

C'est quelque chose qu'il [Wilf Perreault] n'avait jamais fait avant et qu'il ne refera probablement jamais

Meagan Perreault

Elle se souvient de son père, juché sur une échelle, en train de travailler sur la murale pour la terminer à temps pour la messe de Noël de 1980.

« Il avait le vertige. À un moment donné, il était paralysé [là-haut]. Le père Reilly a dû le rassurer pour qu'il redescende », a-t-elle relaté, ajoutant : « Le résultat final est d'immenses chefs-d'oeuvre ».

D'autres rencontres sont prévues pour décider de l'avenir de l'église.

Saskatchewan

Société