•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation contre l'installation de compteurs intelligents par Hydro-Sherbrooke

Un radiofréquencemètre
Radio-Canada
Compteurs intelligents : un groupe opposé à leur installation voit le jour

Estrie Refuse, un regroupement voulant sensibiliser les instances politiques aux « dommages causés par les champs électromagnétiques » vient d'être mis sur pied.

Le groupe demande l'adoption d'un moratoire pour que la ville de Sherbrooke soit une municipalité sans compteurs émettant des radiofréquences.

Estrie Refuse est une initiative de l'organisme environnemental les AmiEs de la Terre de l'Estrie. Le groupe soutient « les Estriens qui désirent vivre dans un environnement sain et exempt de pollution électromagnétique, notamment celle provenant des compteurs à radiofréquences (compteurs intelligents ou compteurs de nouvelle génération). »

Le déploiement de compteurs intelligents sur le territoire d'Hydro-Sherbrooke inquiète les membres de ce regroupement. Mercredi, ils ont voulu sensibiliser les élus aux risques reliés à l'exposition de radio-fréquences.

« Les compteurs intelligents que les gens craignent, ce sont ceux avec lesquels, à tout moment, il peut y avoir des communications dans les deux sens. On peut envoyer de l'information au compteur ou le compteur peut envoyer de l'information vers Hydro-Québec. Alors que ceux installés par Hydro-Sherbrooke permettent, quand nous passerons dans la rue, d'allers chercher de l'information qui est dans le compteur. Cette façon de faire nous permettra d'évoluer vers des compteurs intelligents, mais à petits pas », explique Pierre Fréchette d'Hydro-Sherbrooke.

« Pour une première fois, les citoyens vont être exposés sur une base continue, contre leur gré et dans leur propre maison, à une source de radio-fréquence qui est jugée nocive pour la santé », déplore le porte-parole de Estrie Refuse, Marc Robert.

Actuellement, sur le territoire de la ville de Sherbrooke, on compte 7500 compteurs de nouvelle technologie. La Ville étudie présentement la possibilité de doter tout son réseau.

Interpellé sur les effets possibles sur la santé, Hydro-Sherbrooke a tenu à rappeler qu'elle respecte les normes imposées par Santé Canada. « L'intensité des ondes qui seront émises est de l'ordre d'un million inférieur au seuil tolérable défini par Santé Canada », soutient le directeur général d'Hydro-Sherbrooke, Daniel Richer.

Hydro Sherbrooke rappelle aussi que le client pourra refuser l'installation de ce type de compteur si le projet est accepté. Estrie refuse indique que cette politique ne réglera pas le problème.

L'installation de compteurs dans toutes les résidences desservies par Hydro-Sherbrooke pourrait prendre jusqu'à dix ans.

Estrie

Justice et faits divers