•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie éolienne stagne au Nouveau-Brunswick

Le parc éolien de Kent Hills au Nouveau-Brunswick

Photo : Nicolas Steinbach

Radio-Canada

L'industrie de l'énergie éolienne au Nouveau-Brunswick n'a connu aucun développement depuis près d'un an et demi.

Il y a quelques années pourtant, de grands parcs éoliens ont vu le jour au sud de Moncton, dans la région de Bathurst et à Lamèque dans la Péninsule acadienne.

Les éoliennes font désormais partie du paysage de l'île de Lamèque, dans le nord-est du Nouveau-Brunswick, elles font la fierté des gens de la région. Elles rapportent des dizaines de milliers de dollars par année à la communauté.

Selon Paul Lanteigne, président de la coopérative d'énergie renouvelable de Lamèque, cette source d'énergie rapporte environ 200 000 dollars par année à la coopérative. M. Lanteigne ajoute que les investissements qui seront faits par la coopérative demeureront dans la région.

Depuis, la mise en opération de Lamèque, le dernier parc éolien de la province, il ne se passe pratiquement plus rien.

Yves Gagnon, titulaire de la chaire K.-C.-Irving en développement durable, de l'Université de Moncton

Yves Gagnon, titulaire de la chaire K.-C.-Irving en développement durable, de l'Université de Moncton

Yves Gagnon, titulaire de la chaire K.-C.-Irving en développement durable, de l'Université de Moncton, confirme le ralentissement de l'industrie éolienne.

M. Gagnon attribue cette accalmie à plusieurs raisons dont la crise économique mondiale et un important déclin de la demande en électricité ici et outre-frontière.

« Depuis quelques années, nous voyons une baisse de la demande en électricité, notamment due à la récession économique, mais aussi à la fermeture d'usines de grands consommateurs d'énergie électrique, telle que les pâtes et papier. On voit aussi qu'il y a l'émergence d'électricité beaucoup moins chère dans d'autres juridictions », explique Yves Gagnon.

Selon le professeur, le Nouveau-Brunswick se retrouve désormais avec un surplus d'énergie accentué avec la remise en marche de la centrale nucléaire de Point Lepreau qui freine le développement des énergies vertes.

Acadie

Énergies renouvelables