•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des aspirants à la prêtrise à Québec pour échanger sur leur future vocation

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

La planche à pizza permet d'être plus sécuritaire à l'heure des repas.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une quarantaine d'aspirants-prêtres du Canada francophone sont à Québec depuis samedi dans le cadre des fêtes du 350e anniversaire du Grand Séminaire de Québec.

Les célébrations ont culminé dimanche avec une cérémonie présidée par l'Archevêque de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix, à la Basilique-Cathédrale Notre-Dame de Québec.

L'événement représente une belle occasion pour les futurs prêtres d'échanger sur leur vocation et de prendre la pleine mesure du défi qui les attend.

Mario Desrosiers a choisi de devenir prêtre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mario Desrosiers a choisi de devenir prêtre.

Au nombre des aspirants-prêtres figurent Tomacz Manczak, un jeune homme de 19 ans d'origine polonaise, ainsi que Mario Desrosiers, un ancien fonctionnaire âgé de 64 ans.

Ce dernier a d'ailleurs surpris son entourage en quittant un bon emploi dans la fonction publique fédérale pour consacrer sa vie à Dieu. « J'ai le goût de m'épanouir, de vivre d'autre chose, une chose que je sens en moi, qui m'appelle, qui est profondément là », raconte M. Desrosiers.

De son côté, l'abbé Mario Côté, recteur du Grand séminaire de Québec, se dit encouragé que la prêtrise intéresse des candidats de différents horizons. « Ces gars-là, s'ils sont là, c'est parce qu'on est convaincus encore aujourd'hui que l'Évangile a de quoi à apporter au monde. Sinon, ils ne seraient pas là », affirme-t-il.

Selon lui, le Grand séminaire de Québec n'a rien perdu de sa pertinence, même après 350 ans d'existence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !