•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les entreprises de la région optimistes pour 2013

Radio-Canada

Les gens d'affaires de Québec et de Chaudière-Appalaches commencent l'année 2013 en confiance. Un sondage Léger Marketing mené auprès de dirigeants d'entreprises révèle que 86 % d'entre eux sont optimistes quant aux prévisions économiques pour l'année en cours.

Les résultats de ce sondage ont été dévoilés vendredi matin dans le cadre de la troisième Rentrée économique de Québec, qui se tient du 11 au 23 janvier.

L'événement rassemble, entre autres, des intervenants des Chambres de commerce et d'industrie de Québec et de Lévis, de l'Association des économistes québécois et du Cercle finance du Québec.

Les deux tiers des répondants au sondage disent avoir des carnets de commandes aussi bien remplis ou mieux remplis qu'à pareille date l'année dernière.

La Chambre de commerce et d'industrie de Québec se réjouit particulièrement de voir que le degré de confiance à l'endroit du marché américain se maintient. Il est passé de 56 % l'an dernier à 70 % cette année, selon les résultats du sondage Léger Marketing.

« C'est quand même le marché [...] traditionnel de nos exportateurs. De revoir qu'il y a cette confiance vis-à-vis le marché américain qui revient, moi, je trouve que c'est un indicateur qui est excessivement intéressant », soutient Alain Kirouac, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec.

Le réseau routier, une priorité

Par ailleurs, le sondage Léger Marketing révèle que le réseau routier figure parmi les principaux enjeux des entreprises de la région pour l'année 2013. Il a été ciblé par 39 % des répondants.

Ce résultat n'a rien de surprenant, selon Alain Kirouac. Près des deux tiers des entreprises de la région ont dit l'an dernier avoir subi des inconvénients en raison des travaux routiers.

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec demande d'ailleurs au gouvernement de mieux planifier les travaux routiers en 2013.

« Ce qu'on demande au ministère des Transports, ce n'est pas un arrêt des travaux, c'est tout simplement une planification qui fasse en sorte qu'on minimise les impacts. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Économie