ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rencontre Harper - APN : le mouvement Idle No More au Manitoba serre les rangs

Ali Fontaine tient un billet de cinq dollars le 11 janvier 2013 au Manitoba.

Ali Fontaine tient un billet de cinq dollars qu'elle admet avoir modifié. Selon elle, c'est de la liberté d'expression.

Photo : Jeff Stapleton

Radio-Canada

Comme ailleurs au Canada, des manifestations ont lieu au Manitoba vendredi, dans la foulée d'une rencontre prévue entre le premier ministre du Canada et les représentants des Premières Nations.

Stephen Harper rencontrera l'Assemblée des Premières Nations (APN), même si des associations de chefs autochtones manitobains, ainsi que la chef de la nation crie ontarienne d'Attawapiskat, en grève de la faim depuis un mois, ont annoncé qu'ils boycotteraient la rencontre.

Les membres de certaines communautés autochtones du Manitoba sont encouragés à ne rien acheter vendredi, à moins que cela ne soit dans une réserve. L'association des étudiants autochtones de l'Université de Winnipeg a incité 1200 étudiants autochtones à faire de même.

Des manifestants du mouvement Idle No More font une danse en cercle près du Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg, le 11 janvier 2013.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants du mouvement Idle No More font une danse en cercle près du Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg.

Photo : Claudine Richard

« Cela est pour démontrer notre pouvoir économique, pour montrer que nous payons les factures et nous sommes ceux qui financent ce pays », a expliqué Carl Balan, qui organise un rassemblement du mouvement Idle No More à l'Université de Winnipeg vendredi après-midi.

D'autres rassemblements sont prévus à Winnipeg, notamment à l'Université du Manitoba, à l'Université mennonite canadienne, à l'Assemblée législative et au Musée canadien des droits de la personne. Un autre est prévu dans la ville de Brandon.

Mobilisation à Winnipeg

À Winnipeg, un premier rassemblement organisé par l'Université mennonite canadienne a eu lieu entre 8 h et 9 h vendredi matin. Le groupe de manifestants, qui ne comprenait aucun Autochtone et dont les membres s'identifiaient par le terme de « colons », ont défilé pacifiquement en solidarité avec les Premières Nations sans perturber la circulation outre mesure.

Puis en fin de matinée, plus d'une centaine de protestataires ont bravé le vent et le froid pour se rassembler devant le Musée canadien des droits de la personne, à proximité de La Fourche. Les manifestants ont ensuite marché jusqu'à l'Université de Winnipeg où ils ont rejoint un autre rassemblement Idle No More.

Le groupe a terminé son périple sur l'avenue Portage devant le campus de l'Université de Winnipeg. Les manifestants ont alors formé un cercle en se tenant par la main.

Idle_No_more_PortageAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les manifestants de Idle No More ont bloqué la circulation pendant une vingtaine de minutes au centre ville de Winnipeg.

Photo : Claudine Richard-Beaudoin

L'auteur-compositeur franco-manitobain Daniel Roy, qui faisait partie du défilé, croit que le mouvement a encore de beaux jours devant lui, mais il estime que dans « un ou deux mois, il va falloir que les choses commencent à accélérer au niveau politique ».

La démonstration de force des manifestants a forcé les policiers qui les suivaient à interrompre la circulation pendant une vingtaine de minutes sur cet axe majeur de la métropole manitobaine

Le gréviste manitobain de la faim en perte d'énergie

Les chefs autochtones manitobains boudent la réunion entre M. Harper et l'APN, parce que le gouverneur général du Canada, David Johnston, n'y participera pas. La chef d'Attawapiskat, Theresa Spence, poursuit sa grève de la faim sur l'île Victoria à Ottawa pour la même raison.

Raymond Robinson, aîné de la Première Nation Cross Lake au Manitoba, alors qu'il fait la grève de la faim sur l'île Victoria en Ontario, le 4 décembre 2012.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tout comme la chef d'Attawapiskat, l'aîné Raymond Robinson, de la Première Nation Cross Lake au Manitoba, poursuit sa grève de la faim, isolé sur l'île Victoria, au milieu de la rivière Ottawa en Ontario.

Elle se trouve en compagnie d'un aîné autochtone manitobain qui, comme elle, ne mange pas depuis 30 jours, ce qui l'affaiblit considérablement.

Raymond Robinson, de la Première Nation Cross Lake, dit que son énergie s'amenuise et que c'est probablement l'adrénaline qui lui permet de continuer.

Les deux grévistes ont juré de ne manger aucun aliment solide jusqu'à ce que le gouverneur général accepte de les rencontrer pour parler des droits conférés par les traités.

M. Robinson a maintenu qu'advenant une telle rencontre, il exigerait de M. Johnston que le représentant de la reine au Canada « rétablisse les relations de nation à nation que nous avons avec la couronne [...] et commence à honorer les droits inhérents des Autochtones conférés par les traités, en accord avec l'esprit dans lequel ils ont été ratifiés ».

Si des changements suffisants sont apportés, M. Robinson affirme qu'il recommencera à manger.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Autochtones