Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alerte autour d'un volcan au Chili

Le volcan Copahue, situé sur la frontière entre le Chili et l'Argentine, commence à se réveiller

Le volcan Copahue, situé sur la frontière entre le Chili et l'Argentine, commence à se réveiller

Photo : AFP / ARIEL MARINKOVIC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Chili a émis une alerte rouge dimanche au sujet d'un volcan situé le long de la frontière avec l'Argentine qui est devenu de plus en plus actif.

L'Argentine a quant à elle émis une alerte orange, lundi.

Le volcan Copahue, qui est situé dans la cordillère des Andes, à la frontière avec la province argentine Neuquen, a commencé à cracher des cendres et du gaz samedi.

Des responsables ont d'abord émis des alertes orange et jaune, mais le bureau des urgences chilien ONEMI a rehaussé le niveau d'alerte dimanche, dans la région Biobio, après avoir enregistré des activités sismiques samedi soir. Un nuage de cendres s'était alors élevé à presque 1,5 kilomètre d'altitude.

Selon Gilda Grandon, une responsable de l'ONEMI pour la région de Biobio, les autorités ont survolé le volcan et noté une diminution dans le panache de fumée, mais le niveau d'alerte a été maintenu parce qu'une éruption complète est toujours possible.

Le service national de géologie et des minéraux du ministère des Mines a recommandé une observation d'un périmètre de 15 kilomètres autour du cratère en cas de coulées de boue ou de fragments volcaniques. Les responsables disent qu'il n'y a pas encore de besoin d'évacuer le secteur.

Le volcan Copahue, haut de 2967 mètres, est entré en éruption en 1991. En 2001, il a connu son plus haut niveau d'activités en 20 ans, envoyant des gaz et des secousses.

Le Cordon Caulle, dans le sud du Chili, a été le théâtre d'une violente éruption l'an dernier, forçant l'annulation de centaines de vols et l'évacuation de plus de 3500 personnes.


Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !