•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scandale du Libor : trois Britanniques arrêtés

Le quartier des affaires de Londres, au Royaume-Uni

Le quartier des affaires de Londres, au Royaume-Uni

Photo : AFP / Leon Neal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois personnes ont été arrêtées au Royaume-Uni dans le cadre de l'enquête sur la manipulation du taux interbancaire Libor.

Il s'agit de trois hommes âgés de 33, 41 et 47 ans. Ils seront tous trois interrogés à Londres.

Selon le journal britannique Financial Times, l'un d'eux a travaillé pour les banques UBS et Citigroup. Au moins un des deux autres aurait travaillé chez le courtier interbancaire RP Martin.

C'est la première fois que des personnes sont arrêtées depuis le début du scandale. Cela « marque une nouvelle phase dans l'action des autorités » dans le cadre de cette affaire, a déclaré un porte-parole de l'Office britannique de lutte contre la délinquance financière qui mène l'enquête.

Des ramifications à l'échelle mondiale

Le scandale du Libor a éclaté à la fin du mois de juin, lorsque Barclays, l'une des plus grandes banques du monde, a révélé qu'elle devait payer 455 millions de dollars américains relativement à la manipulation du taux interbancaire britannique Libor et du taux européen Euribor, entre 2005 et 2009.

Le Libor (London interbanking offered rate) est un taux moyen de référence qui indique ce que les banques doivent payer lorsqu'elles empruntent de l'argent entre elles. Une banque peut avoir besoin d'emprunter des fonds à une autre banque si, par exemple, elle a reçu moins de dépôts dans une journée que de retraits.

Ces taux de référence, Libor et Euribor, influencent le prix des emprunts pour les entreprises, les institutions financières, les gouvernements et les consommateurs.

Dans la foulée de cette annonce, une enquête pénale avait été ouverte par l'Office britannique de lutte contre la délinquance financière. D'autres grandes banques ont depuis été liées à l'affaire, et des enquêtes ont été ouvertes dans plusieurs pays, notamment en France et aux États-Unis. Au Canada, le Bureau de la concurrence mène son investigation.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !