•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affichage bilingue : des échos dans le Nord

La cour suprême du Canada, à Ottawa.

La cour suprême du Canada, à Ottawa.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au moins deux maires du nord de l'Ontario se réjouissent du rejet de l'appel par la Cour suprême du Canada, dans le dossier de l'affichage commercial bilingue dans le canton de Russell, dans l'Est ontarien.

Deux hommes tentaient de faire invalider le règlement sur l'affichage bilingue commercial, affirmant que cette mesure viole la Charte canadienne des droits et libertés au chapitre des droits individuels et de la liberté d'expression.

La mairesse de Nipissing Ouest, Joanne Savage dit même envisager de proposer au conseil municipal d'encourager l'affichage bilingue chez les commerçants.

La municipalité a déjà un règlement pour que ses documents et son site internet, entre autres, soient dans les deux langues officielles.

« C'est définitivement un avantage pour notre communauté, presque 85 % est francophone. Nous avons déjà un règlement municipal, donc ce serait une mesure où nous pourrions possiblement modifier notre règlement pour aussi encourager le secteur commercial à s'y adapter », souligne-t-elle.

De son côté, le maire de Hearst, Roger Sigouin, veut encourager les commerçants de sa ville à afficher dans les deux langues officielles. La Ville a déjà un incitatif financier en place.

« Le conseil municipal a un niveau de tolérance, pour les plus anciens commerces, mais aux nouveaux commerçants, la Ville peut remettre 2000 $ pour aider à payer pour l'affichage dans les deux langues », dit-il.

Trois municipalités de l'Est ontarien ont adopté des règlements pour l'affichage dans les deux langues officielles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !