•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition au N.-B. appuie une meilleure surveillance des dépenses en santé

Le député Donald Arseneault

Le député Donald Arseneault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'opposition au Nouveau-Brunswick est d'accord avec la vérificatrice générale de la province, qui estime que le gouvernement doit mieux surveiller la rémunération des médecins.

Dans son rapport annuel, la vérificatrice générale, Kim MacPherson, relève de sérieuses lacunes dans la vérification de la rémunération des médecins. Elle attribue la situation à la fois au ministère de la Santé et aux médecins eux-mêmes.

Le député libéral de Dalhousie-Restigouche-Est, Donald Arseneault, porte-parole de l'opposition en matière de santé, se dit étonné des constatations de la vérificatrice générale. Il croit que la taille du ministère de la Santé est aussi à blâmer.

« Le ministère de la Santé, c'est un gros budget d'environ 2,5 milliards de dollars. Malgré qu'il y a peut-être certaines lacunes, je pense qu'il faut qu'on fasse attention. Nos médecins font un travail remarquable et la grande majorité suit les règles. Il semble lorsqu'on regarde différentes spécialités ce qu'est la moyenne, et on voit un certain salaire qui est payé. Il faut qu'on se pose la question. Il faut mettre des choses en place pour mieux regarder ces situations », explique le député Arseneault.

Au ministère de la Santé, on affirme que le service de vérification a déjà été renforcé en réaction au rapport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie