•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yukon : un programme de revitalisation de la langue pour les Premières Nations

Teslin Tlingit Yukon

Des membres de la Première Nation Teslin Tlingit du Yukon lors d'une célébration en 2009.

Photo : ttc-teslin.com

Radio-Canada

Les enseignants des langues autochtones au Yukon auront bientôt accès à un nouvel outil pour les aider dans leur travail.

Le Conseil des Premières Nations du Yukon a tenu des ateliers à Whitehorse la semaine dernière pour présenter un programme de renaissance de la langue.

Le programme Language Nest a déjà permis de faire renaître des langues en Nouvelle-Zélande, en Australie et dans certaines régions du Canada.

Dans le cadre de ce programme, des personnes qui parlent couramment la langue ciblée s'impliquent plus activement dans l'éducation préscolaire des enfants d'un à quatre ans. Ils créent pour ces petits un environnement d'immersion.

Sean Smith, du secrétariat de l'autonomie gouvernementale des Premières Nations du Yukon, explique que celui-ci souhaite dresser une liste ceux qui parlent couramment certaines langues et de ceux qui veulent les apprendre.

« Dans 10, 15 ou 20 ans, les jeunes qui auront suivi ce programme pourront y participer à leur tour comme enseignants et assurer ainsi l'avenir de nos langues et de notre culture », explique-t-il.

L'état d'urgence

Il y a huit langues autochtones au Yukon, mais ceux qui les parlent couramment sont en majorité des aînés. Si aucun effort particulier n'est fait, ces langues mourront avec eux.

Selon la directrice de l'éducation pour la Première Nation Carcross Tagish, Geraldine James, c'est déjà l'état d'urgence.

Elle note que tous ceux qui parlaient Tagish sont décédés et que cette langue est maintenant éteinte. « Nous avons fait des recherches du côté de la Première Nation Tlingit et nous avons trouvé quatre personnes qui parlaient cette langue couramment », ajoute Mme James.

Elle souligne que pendant trop longtemps, les Premières Nations ont suivi le curriculum imposé par le gouvernement du Yukon et soutient que ce curriculum n'est pas efficace.

La gérante de la garderie Duska de Kwanlin Dun's, Erin Pauls, soutient qu'il faut que ce nouveau programme de revitalisation de la langue fonctionne, car l'avenir en dépend.

« C'est en donnant à ces enfants le cadeau de leur langue et de leur culture qu'ils deviendront fier de qui ils sont en tant que membres d'une Première Nation », explique-t-elle.

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation