•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phoenix Sinclair : une ancienne superviseure relate que les notes manquaient souvent

La petite Phoenix Sinclair a été tuée par sa mère, Samantha Kematch, et son compagnon, Karl McKay, en 2006.

La petite Phoenix Sinclair a été tuée par sa mère, Samantha Kematch, et son compagnon, Karl McKay, en 2006.

Photo : Commission d'enquête

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une ancienne superviseure des Services à l'enfant et à la famille a témoigné jeudi à la commission d'enquête sur la mort de Phoenix Sinclair que même si les notes des travailleurs sociaux sur leurs dossiers sont primordiales, parfois ils n'en prennent pas.

Lorna Hanson a confié être mécontente de ce manque de notes sur les cas confiés aux services à l'enfant.

L'absence de notes dans le dossier a également été évoquée à plusieurs reprises depuis le début de l'enquête publique, mettant au jour la manière dont la fillette de cinq ans a échappé à la vigilance des services sociaux.

Les travailleurs sociaux savaient quelle importance elle attachait aux notes, selon elle. « Cependant, la réalité sur le terrain est que les choses bougent vraiment très vite », a-t-elle déclaré.

Les restes de la petite Phoenix Sinclair avaient été retrouvés enterrés, en mars 2006, près du dépotoir de la réserve Fisher River. Les policiers estimaient qu'elle était morte depuis des mois. Sa mère, Samantha Kematch, et son beau-père, Karl McKay, ont été condamnés en 2008 à la prison à vie pour meurtre avec préméditation.

Elle a ajouté qu'elle ne pensait pas que les travailleurs sociaux négligeaient délibérément de prendre des notes.

Mme Hansen a aussi confié que la petite Phoenix n'avait pas été retirée à ses parents peu après sa naissance en avril 2000 parce que la famille était en crise. Le nouveau-né a plutôt été saisi en raison du manque de compétences parentales de la mère, a-t-elle ajouté.

Mme Hansen était en congé de maternité de juin 2000 à juin 2001 et n'a donc pas supervisé longtemps Dolores Chief-Abigosis, une travailleuse sociale qui a témoigné plus tôt cette semaine.

Cette dernière n'a effectué sa première visite à la famille que cinq mois après avoir hérité du dossier Sinclair.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !