•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Négociation d'entente à Pinehouse : des résidents inquiets d'être bâillonnés

Municipalité de Pinehouse, dans le nord de la Saskatchewan
Municipalité de Pinehouse, dans le nord de la Saskatchewan (archives)
Radio-Canada

La négociation d'une entente entre deux minières et les résidents de Pinehouse divise la communauté du nord de la province. Cameco et Areva souhaitent signer l'entente d'ici un mois, mais certains résidents craignent que ces multinationales soient en train d'acheter leur silence.

Les géants de l'uranium Cameco et Areva promettent un avenir plus rose aux résidents de Pinehouse : investissements majeurs dans la municipalité, formation de la main-d'oeuvre et création d'emplois.

En échange, ils veulent que la municipalité s'engage à appuyer certains de leurs projets dans le nord, notamment ceux de Millenium et de Cigar Lake. Le village de Pinehouse doit aussi s'engager à ne pas faire de déclarations publiques contre Cameco et Areva.

Le maire de Pinehouse, Mike Natomagan, espère que cette entente sera signée au plus vite pour assurer, dit-il, un bel avenir aux jeunes de sa communauté.

Il souligne que près de 50 % de la population de Pinehouse est âgée de moins de 19 ans.

Pinehouse est une communauté d'environ 1 000 résidents située à quelque 400 km au nord de Saskatoon.

Fred Pederson, un résident de Pinehouse, voit dans cette entente une tentative voilée d'acheter le silence, entre autres celui des employés.

Nous craignons qu'ils perdent leur emploi s'ils [les employés] se tiennent debout

Fred Peterson

Le vice-président de la responsabilité sociale d'entreprise chez Cameco, Gary Merasty, soutient que cet accord vise seulement à établir de bonnes relations et qu'il n'a jamais été question de bâillonner qui que ce soit.

Il estime qu'un des buts de cette entente est que toute inquiétude dans la communauté soit d'abord discutée avec les deux compagnies, plutôt que par l'entremise des médias.

« Il est préférable de négocier sans l'intermédiaire des médias s'il y a un problème », explique Gary Merasty.

Saskatchewan

Société