•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oxycodone: l'Ontario demande l'aide des autres provinces

La ministre de la Santé de l'Ontario, Deb Matthews
La ministre de la Santé de l'Ontario, Deb Matthews Photo: La Presse canadienne / Pawel Dwulit
Radio-Canada

La ministre ontarienne de la Santé, Deb Matthews, tente de rallier ses homologues des autres provinces et territoires pour demander à Ottawa d'annuler sa décision de ne pas interdire la vente de versions génériques de l'OxyContin. Ce médicament antidouleur peut entraîner une forte dépendance.

Deb Matthews affirme par ailleurs qu'elle proposera une réglementation supplémentaire afin de limiter l'accès au médicament en Ontario à moins que celui soit infalsifiable.

Selon cette réglementation, les produits d'oxycodone à effet prolongés ne bénéficieront pas de subventions publiques sauf s'ils sont conformes à certains critères.

Ces réglementations permettraient aussi au ministère de ne pas rembourser un pharmacien ou un médecin qui ne respecte pas la législation.

L'OxyContin n'est plus produit depuis le début marsL'OxyContin n'est plus produit depuis le début mars Photo : Yvon Thériault

L'OxyContin devait permettre d'atténuer la douleur grâce à une formule qui permet de délivrer une dose d'oxycodone sur plusieurs heures. Cependant, ceux qui en abusent peuvent contourner la chose en écrasant les pilules.

« Je reconnais que la douleur est un problème grave et je m'engage à travailler avec les patients et les fournisseurs pour mieux intégrer le soulagement de la douleur dans notre système de soins de santé », a écrit Deb Matthews vendredi dans une lettre à ses homologues. « Mais nous n'avons simplement pas besoin d'oxycodone à effet prolongé pour cela », a-t-elle ajouté.

Lois fédérales

Il y a quelques jours, la ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq, a refusé d'intervenir dans le processus d'approbation des médicaments afin de faire obstacle aux formes génériques de l'OxyContin. Selon elle, les lois fédérales ne permettent pas aux autorités d'interdire un médicament simplement parce que certains en abusent.

Les ministres de la Santé provinciaux lui avaient unanimement demandé de retarder au moins la décision le temps de comprendre comment l'oxycodone est consommé de manière abusive. L'Ontario a demandé plusieurs fois que le médicament soit interdit.

Fin du brevet le 25 novembre

L'oxycodone générique pourra être autorisé au Canada lorsque le brevet de la marque OxyContin arrivera à échéance le 25 novembre. Le fabricant a d'ailleurs déjà mis sur le marché OxyNeo pour le remplacer.

Dans un communiqué, Leona Agglukaq affirme que les réglementations proposées par Deb Matthews devraient aussi s'appliquer à OxyNeo. « Si l'on considère qu'il n'y a pas de preuve qu'OxyNeo est en fait infalsifiable, j'imagine que ses réglementations s'appliqueront également à ce médicament », a-t-elle dit.

L'Ontario a le taux le plus élevé d'abus de stupéfiants délivrés sur ordonnance au pays. Il est deux à quatre fois supérieur à celui de n'importe quelle autre province selon Deb Matthews.

L'OxyContin a fait des ravages dans plusieurs communautés autochtones. Dans une petite réserve du nord de la province, 85% des résidents ysont dépendants.

Ontario

Santé