•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mineurs chinois : deux syndicats peuvent contester les permis de travail temporaires

Un mineur debout dans un tunnel

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un juge de la Cour fédérale accorde à deux syndicats le droit de contester la décision qui accorde à une mine de charbon, au nord de la Colombie-Britannique, des permis pour des travailleurs temporaires étrangers.

Les permis de travail ont été attribués pour jusqu'à 300 travailleurs chinois afin de réaliser des travaux préliminaires à la mine de Murray River, près de Tumble Ridge.

Les syndicats représentant des opérateurs d'engins de construction et des travailleurs spécialisés de la construction (International Union of Operating Engineers et Construction and Specialized Workers' Union) contredisent l'argument de la compagnie minière, qui dit ne pas avoir réussi à recruter des travailleurs au Canada, malgré ses efforts.

Ils maintiennent que les emplois étaient offerts par la compagnie à des taux horaires de 10 à 17 $ de moins que les taux en vigueur dans des mines similaires de la région et sans avantages sociaux.

Les syndicats soutiennent également que le mandarin aurait été inclus dans les offres d'emplois comme une langue requise.

La minière, HD Mining International, une compagnie vancouvéroise avec des intérêts chinois, rétorque que ses efforts de recrutement ont dépassé les exigences du programme de travailleurs temporaires étrangers.

Elle soutient que les salaires affichés étaient plus élevés que ceux avancés par les syndicats et comprenaient des avantages sociaux.

La compagnie ajoute que le mandarin était suggéré comme une langue utile et non comme une langue requise.

Dix-sept travailleurs chinois sont déjà en poste et 60 autres doivent arriver à la mi-décembre.

Les Métallos s'inquiètent pour la sécurité des mineurs

D'autre part, le Syndicat des métallos a déposé une plainte jeudi auprès du ministère provincial des Mines. Il soutient que les travailleurs chinois embauchés par HD Mining International ne parlent pas suffisamment anglais pour comprendre les centaines de pages qui décrivent les normes de santé et de sécurité au travail et s'y soumettre.

Les Métallos ajoutent que ces travailleurs ignorent également leurs droits au Canada.

Le syndicat note dans la lettre envoyée au ministère que le travail de mineur est un des métiers les plus dangereux au pays et souligne qu'il y a eu 82 décès dans les mines, les carrières et les champs de pétroles en 2010.

Les Métallos demandent au ministre quelles mesures ont été prises afin de s'assurer que les travailleurs temporaires chinois de la mine de Murrey River maîtrisaient suffisamment l'anglais et qu'ils avaient la formation et les compétences nécessaires.

Ils demandent à la province de suspendre les activités à la mine tant que ces vérifications n'auront pas été faites.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !