•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poussière rouge : un avis d'infraction pour Arrimage du Saint-Laurent

Le ministère de l'Environnement sévit à l'endroit d'Arrimage du Saint-Laurent pour la dispersion de poussière rouge survenue à Limoilou en octobre. L'entreprise du port de Québec a reçu un avis d'infraction pour l'émission d'un contaminant dans l'environnement sans avoir contacté le ministère par la suite.

Arrimage du Saint-Laurent pourrait devoir faire face à la justice. « Le dossier a été transféré au service des enquêtes pour vérifier s'il y a matière à une poursuite pénale à la suite de cet événement-là », a expliqué Frédéric Fournier, porte-parole du ministère de l'Environnement.

On reproche aussi à Arrimage du Saint-Laurent d'avoir entravé le travail d'un employé du ministère de l'Environnement en ne communiquant pas toute l'information demandée lors de l'intervention aux installations de l'entreprise.

Arrimage du Saint-Laurent s'expose à une poursuite qui pourrait atteindre 6 millions de dollars.

Frédéric Fournier, porte-parole du ministère de l'EnvironnementFrédéric Fournier, porte-parole du ministère de l'Environnement

Frédéric Fournier ajoute qu'une enquête est en cours. « Des inspecteurs sont allés sur les lieux pour faire de l'échantillonnage pour vérifier la provenance de ce contaminant-là [...] Les résultats de cet échantillonnage-là ont été transmis à l'enquêteur qui s'occupe du dossier. »

Arrimage du Saint-Laurent a jusqu'au 20 décembre pour soumettre un plan correctif au ministère de l'Environnement.

Arrimage du Saint-Laurent veut aller « au fond des choses »

De son côté, l'entreprise soutient qu'elle veut agir rapidement pour éviter qu'un tel incident se reproduise. Arrimage du Saint-Laurent a demandé à la firme d'ingénierie Genivar de revoir tous ses procédés liés à la manutention de matériaux dans le port de Québec. L'analyse des échantillons d'une fine poussière rouge recueillis par une citoyenne de Limoilou soulève des questions.

« Ils sont déjà là-dessus et nous, on attend leur conclusion pour pouvoir [...] compléter nos mesures. On cherche à optimiser ces mesures-là », explique Johanne Lapointe, vice-présidente de la Société, dont la division Arrimage du Saint-Laurent est responsable de la dispersion de particules d'oxyde de fer dans le quartier Limoilou en octobre.

Johanne Lapointe de la Société Arrimage QuébecJohanne Lapointe de la Société Arrimage Québec

Mme Lapointe affirme que des mesures seront mises en place pour réduire au minimum les émissions de poussière tout en s'assurant qu'elle n'est pas nocive pour la santé.

« Il y a eu un événement particulier avec l'épandage de poussière rouge, qui est arrivé chez nous et qu'on reconnaît. Par contre, ce qu'on a demandé à Genivar c'est la révision de toutes nos méthodes, de toutes nos procédures d'opération pour tous les matériaux qu'on manutentionne. On ne s'en tient pas seulement à la poussière rouge », précise-t-elle.

Mme Lapointe entend bien demander à la citoyenne Véronique Lalande une copie des expertises réalisées avec la poussière retrouvée chez elle dans Limoilou. Les tests effectués dans un laboratoire privé révèlent la présence d'arsenic, de cuivre, de plomb, de zinc et de nickel. Dans certains cas, le taux de concentration de ces métaux sont jusqu'à 20 fois plus élevés que celui observé dans des villes comme Hong Kong, Istanbul, New York ou Londres.

Système d'arrosage amélioré

Actuellement, c'est un système d'arrosage installé dans le port qui permet d'éviter que les particules de poussière se retrouvent en suspension dans l'air. En octobre, le mauvais fonctionnement des canons à eau avait causé la dispersion de particules d'oxyde de fer dans le quartier Limoilou. Arrimage du Saint-Laurent affirme être en train d'installer une quantité importante de canons à eau supplémentaires. « D'ailleurs, quand est arrivé l'événement du 26 octobre, on débutait ces travaux d'installations là », précise Mme Lapointe.

Des capteurs de poussières devraient également être ajoutés près des installations du port de Québec dès le printemps prochain afin d'évaluer la quantité de poussière émise.

Arrimage du Saint-Laurent affirme que la firme d'ingénierie Genivar doit remettre les résultats de son enquête le plus rapidement possible afin de mettre en place les améliorations proposées.

La Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale prend aussi au sérieux les analyses réalisées sur la poussière dans Limoilou. Des recherches seront effectuées afin de déterminer si cette poudre rouge provient uniquement des installations portuaires ou d'autres sources.

Québec

Pollution