•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Côte-Nord : Cliffs stoppe le projet d'expansion du lac Bloom

Aviron sur la rivière des Mille-îles

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Cliffs Natural Resources Inc. reporte l'expansion de sa mine du lac Bloom au Québec, en raison de la forte volatilité des prix du minerai de fer. La phase II du projet est suspendue jusqu'en 2014.

La compagnie interrompt aussi une partie de la production de deux unités d'exploitation du minerai de fer aux États-Unis, soit Northshore Mining au Minnesota et la mine Empire au Michigan.

Selon la porte-parole de Cliffs à Fermont, Annie Desrosiers, la compagnie effectue ces ajustements à ses plans d'exploitation afin de s'adapter au marché.

« Tout ça, c'est relié à la volatilité des prix du minerai de fer et au marché qui est un peu instable. Donc l'objectif derrière ça, c'est de voir venir la situation et d'être préparé l'an prochain, parce qu'on parle d'un délai d'environ une année pour pouvoir reprendre ces travaux-là et être en meilleure posture. »

L'ajout de production de 4 millions de tonnes au lac Bloom était prévu pour 2013.

Démobilisation

Cliffs poursuivra certains travaux au lac Bloom, notamment ceux nécessaires à l'exploitation de la phase 1 et ceux liés aux normes environnementales.

La compagnie prévoit que l'exploitation du gisement du lac Bloom, dans le cadre de la phase 1, lui permettra de produire 7 millions de tonnes de fer en 2013.

Quelque 400 travailleurs temporaires sont touchés par la suspension de l'expansion.

Annie Desrosiers précise que ce ne sont pas des travailleurs de Cliffs Resources : « Ce sont des travailleurs qui faisaient des travaux de construction. »

Ces travailleurs effectuaient entre autres les travaux de parachèvement de la construction du concentrateur et des installations de chargement. Le tiers des travailleurs ont été démobilisés.

La compagnie a demandé à ces travailleurs de préparer leurs bagages lundi matin.

Selon Donald Fortin, directeur général du Conseil provincial du Québec des métiers de la construction, les travailleurs n'ont pu entrer sur le chantier afin de récupérer leurs outils.

« Ils ont rencontré les délégués de chantier pour expliquer à quel endroit se trouvaient leurs outils sur le chantier. Ça va être envoyé dans les prochains jours à leur résidence. »

— Une citation de  Donald Fortin

Ces mises à pied inattendues indignent Donald Fortin. Ce dernier croit que cela aurait pu être mieux planifié : « C'est une attitude que je trouve plutôt cavalière. Ces travailleurs, qui sont partis s'expatrier dans le Grand Nord, avaient des projets. Peut-être qu'il y en a qui ont refusé des emplois ailleurs. »

En fin de matinée, les travailleurs ont pris place dans plusieurs autobus au départ du lac Bloom vers Wabush. De là, ils doivent prendre l'avion vers l'une de ces cinq destinations : Québec, Montréal, Bagotville, Mont-Joli et Sept-Îles.

Deux avions Boeing 737 sont nolisés par la compagnie.

Cette annonce jette une ombre sur le développement minier de la Côte-Nord où plusieurs projets d'exploitation sont en cours d'évaluation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec