•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilinguisme officiel d'Ottawa demandé

Le journaliste Jean-Sébastien Marier rend compte des priorités discutées par l'ACFO d'Ottawa
Radio-Canada

La question à savoir si Ottawa devrait devenir officiellement bilingue a refait surface à l'occasion du Sommet des États généraux de la francophonie à Ottawa, qui a pris fin dimanche.

Au cours des dernières années, les francophones d'Ottawa ont connu des améliorations sur le plan linguistique, a indiqué l'avocat Ronald Caza. Il a malgré tout énoncé qu'il est temps de mener une autre bataille.

« Toutes les institutions qu'on a aujourd'hui, on les a eues par étapes. Maintenant, la prochaine étape pour la Ville d'Ottawa, c'est de devenir officiellement bilingue », a plaidé le juriste.

Le maire Jim Watson a fermé la porte à cette idée.

Il a indiqué préférer améliorer l'actuelle politique de bilinguisme de la Ville et a ajouté que les citoyens ont d'autres priorités. Il a fait valoir que la plupart des lettres envoyées par des francophones d'Ottawa portaient sur les impôts, les services sociaux et la culture.

Les États généraux de la francophonie d'Ottawa se sont tenus au cours de la fin de semaine.Les États généraux de la francophonie d'Ottawa se sont tenus au cours de la fin de semaine.

Message

Ronald Caza a répliqué que rendre la capitale du Canada officiellement bilingue enverrait un message clair aux francophones, à savoir qu'il vaut la peine de continuer de faire des efforts pour protéger leur langue et leur culture.

Pour sa part, le conseiller municipal, Mathieu Fleury, a estimé que même s'il est vendu à la cause francophone, beaucoup reste à faire. Il a dit souhaiter que la discussion au sujet du bilinguisme ait lieu.

Les participants à ces États généraux ont indiqué vouloir que les francophones s'impliquent davantage dans leur communauté et améliorent leurs relations avec les autres communautés linguistiques.

Les organisateurs de ce Sommet sur les États généraux de la francophonie à Ottawa publieront leur rapport final en février.

Ils mettront ensuite sur pied un comité afin d'assurer le suivi des recommandations.

D'après un reportage de Jean-Sébastien Marier

Ottawa-Gatineau

Société