•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet d'agrandissement du site d'enfouissement à Drummondville : le BAPE donne son accord sous diverses conditions

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) conclut dans son rapport, rendu public jeudi, que le projet d'agrandissement du lieu d'enfouissement technique de Waste Management à Drummondville apparaît justifié, mais pourrait être autorisé à certaines conditions.

Le BAPE estime qu'une autorisation de 20 ans serait imprudente et contraire aux efforts de développement durable qui encourage la diminution de la génération des déchets.

Le bureau soutient qu'un maximum de 600 000 tonnes de déchets devraient être enfouis annuellement pour un maximum de cinq ans et que le tonnage pourrait être révisé à la baisse à ce moment.

Le BAPE souligne aussi que la perte forestière due à l'agrandissement devrait être pleinement compensée et que l'entreprise devrait s'engager à améliorer son système de gestion des odeurs et à faire la valorisation des biogaz qui s'échapperont des cellules d'enfouissement.

Le projet d'agrandissement du lieu d'enfouissement technique, entraînerait la destruction de 4,2 ha de milieux humides et 43,1 ha de milieux boisés. Waste Management offre de compenser cette perte en assurant, dans trois zones sur sa propriété, la protection de 6,44 ha de milieux humides et 29,01 ha de forêts.

Frustration

Le comité des opposants, lui, fulmine devant ce rapport. L'acheminement de 600 000 tonnes de déchets annuellement pour les prochaines années, dont beaucoup proviennent de la grande région de Montréal, est inconcevable.

« 90 % des déchets vont venir de l'extérieur de la MRC Drummond et c'est un non-sens, car depuis des années, à Drummondville, on diminue nos déchets et on fait beaucoup d'efforts. On se responsabilise et les autres ailleurs ne le font pas », déplore l'ancien maire de Saint-Nicéphore (maintenant fusionnée avec Drummondville) Jean-Guy Forcier.

L'agrandissement du site, dont la durée de vie utile est atteinte, irait, en fait, à l'encontre de toute logique environnementale croit M. Forcier. « La multiplication des trous veut dire la multiplication des coûts et ça encourage pas à la responsabilisation de réduire nos déchets. »

La Ville de Drummondville amorcera une consultation qui pourrait mener à un référendum au cours des prochaines semaines sur la question.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !