•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le RLISS ne s'oppose pas à un centre de santé communautaire francophone à Timmins

Le drapeau franco-ontarien, créé en 1975
Le drapeau franco-ontarien, créé en 1975 Photo: Radio-Canada/Yvon Thériault

Le Réseau local d'intégration des services de santé du Nord-Est ne s'oppose pas au projet de création d'un centre de santé communautaire francophone à Timmins.

Le RLISS dit cependant ne pas avoir les moyens financiers de faire avancer le projet.

L'Alliance de la francophonie de Timmins a fait d'un centre de santé communautaire sa priorité lors de sa plus récente assemblée générale annuelle. L'organisme évalue son projet à cinq millions de dollars, une somme dont ne dispose par le RLISS, comme l'explique Monique Mechefske, directrice de l'intégration des services en français.

« Pour appuyer cette demande, il faut qu'on ait le financement. Nous n'avons pas cette flexibilité au niveau du financement », dit-elle.

Le projet de Timmins est pourtant déposé au RLISS depuis plusieurs années déjà, déplore le directeur général de l'Alliance de la francophonie de Timmins, Sylvin Lacroix.

« Ça nous prend notre centre de santé et on a toujours pas eu de réponse.Comment ça se fait que les francophones de Timmins n'ont pas ces services encore ? », demande-t-il.

Il dénonce le fait que la région de Timmins soit l'une des seules communautés d'importance en Ontario français à ne pas avoir de centre de santé communautaire.

Le Nord-Est de l'Ontario en a cinq et Timmins compte quelques organismes qui offrent des services de santé en français.

Monique Mechefske admet que la région pourrait être mieux desservie.

« C'est jamais suffisant. Ce que nous avons reconnu, c'est que les francophones nous disent toujours que c'est insuffisant pour eux », souligne-t-elle.

La directrice principale du RLISS rappelle que la création de centres de santé communautaires relève du ministère de la Santé.

D'après le reportage de Daniel Blanchette-Pelletier

Francophonie

Santé