•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Adoptions ou naissances multiples : une députée du NPD veut bonifier les congés parentaux

Christian Martin et sa conjointe Paula tiennent dans leurs bras leurs jumelles Lucie et Athéna.

Christian Martin et sa conjointe Paula tiennent dans leurs bras leurs jumelles Lucie et Athéna.

Photo : Courtoisie Christian Martin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La députée fédérale de Verchères, la néo-démocrate Sana Hassainia, a présenté mercredi un projet de loi pour assouplir certaines règles de l'assurance-emploi et du Code canadien du travail.

Cette initiative vise à appuyer financièrement les femmes donnant naissance à plusieurs enfants ou les familles qui en adoptent plusieurs.

Si le projet de loi privé est adopté dans son intégralité, les familles concernées auraient notamment droit à un congé parental plus long pouvant aller jusqu'à 72 semaines.

« La naissance de jumeaux a explosé depuis 30 ans au Québec et ailleurs au Canada. Le phénomène prend de l'ampleur, mais l'aide ne suit pas », a indiqué la députée dans un communiqué.

Cette aide, Christian Martin et sa conjointe Paula Critchley d'Ottawa en auraient eu besoin lorsque leurs jumelles Amanda et Lucie sont nées en avril 2009.

« Elles étaient prématurées, elles étaient toutes petites. Il y en a une qui est rentrée à la maison, elle pesait moins de quatre livres », raconte le père.

Après 37 semaines, les épargnes du couple y sont passées.

Selon moi, ce n'est pas deux fois plus difficile, c'est beaucoup plus difficile. Même un enfant, parfois, ça nous pousse près de nos limites.

Une citation de :Christian Martin, père de jumelles

Présentement, les couples admissibles peuvent obtenir au total 35 semaines de prestations parentales, peu importe le nombre d'enfants nés ou adoptés.

Christian Martin et Paula Critchley sont plutôt d'avis qu'ils auraient dû avoir droit à un congé parental de 35 semaines chacun, soit un total de 70 semaines.

En septembre 2009, la Commission de l'assurance-emploi du Canada avait donné raison au couple, mais un arbitre a cassé la décision en mai dernier.

La cause est présentement devant la Cour d'appel fédérale.

D'après le reportage de Rachel Gaulin et de la CBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !