•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attawapiskat : « Tout semble revenir à la normale. »

Logement délabré à Attawapiskat, il y a un an.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Un an après une crise du logement qui a fait les manchettes un peu partout dans le monde, la situation s'est grandement améliorée dans la réserve d'Attawapiskat, sur les rives de la baie James, même si nombre de familles vivent toujours entassées.

En novembre 2011, le conseil de bande de la petite communauté de 2000 habitants avait décrété l'état d'urgence, alors que des dizaines de citoyens devaient dormir dans des tentes, des cabanes en bois non isolées ou des roulottes de chantier abandonnées, sans eau potable ni électricité.

Aide d'urgence :

En 2011, même la Croix-Rouge était intervenue pour aider les résidents d'Attawapiskat. Un avion-cargo affrété par l'organisme y avait apporté des sacs de couchage et des chaufferettes portatives, alors que les températures avoisinaient les -15 °C.

À la suite d'une guerre médiatique entre la Première Nation et le gouvernement fédéral, Ottawa avait envoyé sur place des maisons modulaires. Depuis, la crise s'est en partie résorbée et « tout semble rentrer dans la normale », selon le père Rodrigue Vézina, qui vient en aide à la communauté.

Ça a rendu grandement service avec toutes les maisons modulaires qu'ils ont amenées durant l'hiver.

père Rodrigue Vézina

Le père Vézina se réjouit, par ailleurs, de la construction d'une nouvelle école et des travaux de modernisation du réseau d'aqueduc de la communauté.

Conditions précaires

Le député provincial de Timmins-Baie James, le néo-démocrate Gilles Bisson, précise toutefois qu'il y a place à l'amélioration.

T'as une petite chambre de 10 X 10 avec deux lits; on a encore 80 à 85 familles qui habitent dans ces unités-là.

Gilles Bisson, député du NPD

Ottawa avait mis la réserve d'Attawapiskat sous tutelle. Cette décision, dénoncée par la Cour fédérale, a nui aux relations entre la communauté et le gouvernement, selon le député Gilles Bisson.

Autochtones

Politique