•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Direction du PLO : Kathleen Wynne se lance

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Kathleen Wynne devant ses partisans alors qu'elle annonce officiellement qu'elle sera de la course pour  succéder à Dalton McGuinty

Kathleen Wynne devant ses partisans alors qu'elle annonce officiellement qu'elle sera de la course pour succéder à Dalton McGuinty

Photo : Radio-Canada/Christian Noël

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ex-ministre des Transports et des Affaires municipales, Kathleen Wynne, s'est lancée, lundi soir, dans la course à la succession du premier ministre démissionnaire, Dalton McGuinty. Elle la deuxième personne à le faire.

Son collègue à la Formation, aux Collèges et Universités, Glen Murray, a déjà confirmé sa candidature dimanche.

Lors d'un discours devant 200 partisans lundi soir, Mme Wynne a affirmé vouloir reconstruire l'économie de la province et rebâtir les relations avec ses partenaires, comme les syndicats et les enseignants.

Elle ne s'est pas engagée, toutefois, à annuler la loi spéciale, qui a gelé le salaire des enseignants en plus de suspendre leur droit de grève durant deux ans, si elle est élue.

Par ailleurs, elle a tendu la main aux Franco-Ontariens, même si elle parle très peu leur langue.

« La communauté francophone constitue une partie vitale de notre province », a-t-elle déclaré.

La députée torontoise a aussi rappelé ses origines rurales; son père était médecin de campagne. Mme Wynne devra courtiser l'électorat des régions si elle veut battre le Parti conservateur.

Le Procureur général John Gerretsen appuie publiquement sa candidature, tout comme Benoît Mercier, l'ancien président de l'Association des enseignants franco-ontariens.

Mme Wynne avait démissionné du cabinet vendredi dernier, tout en annonçant un point de presse lundi. M. McGuinty avait confirmé sa candidature dans le cadre d'un mini-remaniement ministériel.

L'élue de Don Valley Ouest est ouvertement homosexuelle. Elle a été mariée à un homme et a eu trois enfants avec lui avant de « sortir du placard ». Âgée de 59 ans, elle est la première députée ouvertement lesbienne à l'Assemblée législative de l'Ontario.

Les candidats ont jusqu'au 23 novembre pour faire connaître leurs intentions. Les libéraux éliront leur nouveau chef en janvier prochain.

Virage à gauche?

La ministre Wynne avait critiqué la ligne dure adoptée par son chef à l'endroit des enseignants. Selon elle, cette stratégie a coûté la victoire aux libéraux lors d'une élection partielle en septembre dernier dans la circonscription de Kitchener-Waterloo. Le premier ministre McGuinty espérait regagner sa majorité à l'Assemblée législative grâce à cette partielle.

L'ancienne ministre de l'Éducation et des Transports a, par ailleurs, montré publiquement son désaccord au sujet de la décision de M. McGuinty, le mois dernier, de proroger indéfiniment les travaux à Queen's Park, en attendant l'élection de son successeur.

Selon plusieurs observateurs, Mme Wynne ramènerait le Parti libéral au centre gauche, si elle était élue à sa tête. Elle ferait ainsi face à la chef du NPD, Andrea Horwath, dont la cote de popularité a bondi au cours de la dernière année.

Jusqu'à maintenant, les libéraux se sont plutôt positionnés au centre droit de l'échiquier politique, alors que les conservateurs sont en tête dans les sondages.

Parcours

Kathleen Wynne a été élue pour la première fois à Queen's Park en 2003, après s'être fait connaître comme conseillère scolaire.

Elle a agi à titre d'assistante parlementaire au ministère de la Formation, des Collèges et Universités puis au ministère de l'Éducation, alors que Gerard Kennedy était ministre.

En 2006, elle est devenue ministre de l'Éducation. Elle a par la suite occupé le poste de ministre des Transports.

Lors des élections provinciales de 2007, elle a battu l'ancien chef conservateur John Tory, qui voulait se faire élire dans sa circonscription de Don Valley Ouest.

Parmi les autres candidats pressentis dans la course à la direction du Parti libéral figuret les ministres Deb Matthews et Éric Hoskins ainsi que l'ex-députée et consultante Sandra Pupatello.

Sur le même sujet :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !